Apocalypse Expliquée: Chapitre 18 Versets 19-20-21 (#788 à #791)

Apocalypse Expliquée: Chapitre 18 Versets 19-20-21 (#788 à #791)

novembre 17, 2018 0 By M-A.C
Partagez !
Divulgation
L’article ci-dessous:  L’Ange Qui Jeta La Pierre Dans La Mer, peut contenir des liens d’affiliation. Si vous achetez quelque chose par l’un de ces liens, vous ne paierez pas un centime de plus. Mais nous obtiendrons une petite commission, ce qui nous aide à garder les lumières allumées. Merci ! En savoir plus…..

LA PIERRE JETÉE DANS LA MER
-CHAPITRE 18-
VERSET 19-20-21

Tout d’abord, sachez que cette partie vous révélera le sens spirituel derrière l’ange qui jeta la pierre dans la mer, que l’on retrouve à la fin du 18ème chapitre de l’Apocalypse. Cependant, si vous n’avez pas pris connaissance des chapitres précédents, de même que des règles de base de la science des correspondances, révélées par E. Swedenborg. Je vous suggère fortement de le faire dès maintenant. Ainsi, vous aurez une bien meilleure compréhension de l’enseignement qui vous est révélé dans cet article.

Pour y accéder, cliquez sur le bouton ci-dessous.

 

Petit Rappel Du Format De l’Enseignement:

  1. Premièrement, (en rouge) vous trouverez le verset au Sens Littéral (tel qu’écrit dans le livre saint)
  2. Ensuite, je vous enseignerai la façon d’interpreter le texte en appliquant la science des correspondances
  3. Le tout sera suivi de ce même verset, (en bleu) mais cette fois dans son Sens Spirituel Divin

Alors sur ce, bonne lecture !

L’Ange Fort Qui Jeta La Pierre Dans La Mer
(Sens Littéral)

CHAPITRE 18, VERSET 19
XIX- Et ils mirent de la poussière sur leurs têtes, et ils crièrent en pleurant et en gémissant, disant : Malheur ! malheur ! Cette grande ville, dans laquelle tous ceux qui avaient des navires sur mer se sont enrichis de son opulence ! comment ont-ils été détruits en une heure ?

Explications Détaillées: Chapitre 18 Verset 19

788- Mettre de la poussière sur sa tête, c’est être saisi intérieurement de douleur et d’affliction. Crier en pleurant et en gémissant, c’est être saisi extérieurement de douleur et d’affliction. Puisque pleurer indique l’affliction de l’âme, et gémir, celle du coeur. Concernant, Malheur ! malheur! nous avons déjà vu sa signification au numéro #769

789- Cette grande ville, c’est la doctrine du Catholicisme- Romain, (voir #769). Avoir des navires sur mer, c’est posséder des richesses naturelles ou mondaines, (voir #786). S’enrichir de l’opulence de Babylone, c’est croire qu’en échange de ces richesses mondaines et temporelles on peut recevoir les richesses spirituelles et éternelles, ou les bénédictions et les félicités après la mort. En une heure, c’est-à-dire subitement, (voir #769).

L’ange Fort Qui Jeta La Pierre Dans LA Mer
(Sens spirituel divin)

CHAPITRE 18, VERSET 19
XIX- Et ils furent remplis à l’intérieur et à l’extérieur de douleur et d’affliction, disant : Hélas ! hélas ! Cette doctrine indulgente par laquelle tous ceux qui avaient des richesses mondaines et temporelles pouvaient, en échange, recevoir des richesses spirituelles et éternelles ! Comment ces richesses ont-elles pu être si subitement et si complètement détruites.

L’Ange Fort Qui Jeta La Pierre Dans La Mer
(Sens Littéral)

CHAPITRE 18, VERSET 20
XX- Ciel ! réjouis-toi à cause d’elle, et vous aussi, saints Apôtres et Prophètes ! car Dieu a exercé votre jugement sur elle.

Explications Détaillées: Chapitre 18 Verset 20

790- Par Ciel on entend les Anges des Cieux et par Apôtres et Prophètes, les hommes de l’Église, qui sont par la Parole, dans le bien et dans le vrai, (voir #79, et #8). Les Apôtres et les Prophètes sont appelés Saints, parce qu’ils désignent par abstraction, les vérités et les biens de la Parole, qui en soi sont saints, comme appartenant au Seigneur, (voir #586). Il est d’ailleurs facile de voir qu’il ne peut pas être question ici des Apôtres et des Prophètes dont il est fait mention dans la Parole, car ils étaient en fort petit nombre et n’étaient pas plus recommandables que beaucoup d’autres hommes.

Exercer sur elle le jugement du Ciel, des Apôtres et des Prophètes, c’est rejeter loin des Anges du Ciel et des hommes de l’Église tous ceux qui sont dans le mal et dans le faux de cette religion. Ce sont ceux-là seulement qui sont rejetés, car il n’en est pas de même des autres, ainsi qu’on l’a vu au #786.

Ici, les Anges ne manifestent pas encore leur joie, il leur est seulement dit de se réjouir. C’est dans le chapitre suivant, du verset 1 au verset 9, qu’ils se livreront aux transports de la joie la plus vive et qu’ils rendront grâce au Seigneur d’avoir éloigné d’eux tous ceux qui sont dans les maux et dans les faussetés de cette religion.

Du reste, la joie des Anges ne vient pas de ce que les Babyloniens ont été précipités dans l’enfer. Le malheur d’autrui ne saurait être un plaisir pour eux. Leur joie vient de ce que les Babyloniens, faisant obstacle par leur présence dans le Monde des Esprits. à la formation du Nouveau Ciel et de la Nouvelle Église. Leur expulsion de ce monde va maintenant accélérer cette formation.

L’ange Fort Qui Jeta La Pierre Dans LA Mer
(Sens spirituel divin)

CHAPITRE 18, VERSET 20
XX- Anges des Cieux, et vous, hommes de l’Église qui êtes, par la Parole, dans le bien et dans le vrai, soyez transportés de joie, car ceux qui étaient dans le mal et dans le faux de cette religion ont été rejetés.

L’Ange Fort Qui Jeta La Pierre Dans La Mer
(Sens Littéral)

CHAPITRE 18, VERSET 21
XXI- Et un Ange fort prit une pierre grande comme une meule, et la jeta dans la mer, en disant : « Ainsi sera précipitée avec impétuosité Babylone, cette grande ville, et on ne la retrouvera plus. »

Explications Détaillées: Chapitre 18 Verset 21

791- L’action de l’Ange désigne l’influx du Seigneur procédant du Ciel, (voir #258). Comme l’Ange est appelé fort, il s’agit d’un influx puissant. La pierre grande comme une meule désigne les faussetés confirmées par l’adultération du vrai de la Parole. En effet, la pierre désigne le vrai, et la meule signifie la recherche, l’examen et la confirmation du vrai qui procède de la Parole. Cependant, comme il est question de Babylone, ces significations doivent être prises dans un sens opposé.

Jeter la pierre dans la mer, c’est refouler ces faussetés dans l’enfer. Babylone, cette grande ville, c’est le Catholicisme-Romain avec sa doctrine, (voir #631). Être précipité avec impétuosité, c’est être entièrement renversé. On ne la retrouvera plus, c’est-à-dire qu’il ne se relèvera plus.

Note:

Depuis le jugement dernier, (effectué dans le monde spirituel en 1757), il n’est plus accordé à ceux de cette religion, qui sont dans le mal et dans le faux, de rester après leur mort dans le Monde des Esprits et de s’y fabriquer comme auparavant des cieux factices. Puisqu’aussitôt qu’ils y arrivent, ils y sont relégués au milieu de sociétés qui sont en conjonction avec les enfers et peu après, ils y sont eux-mêmes successivement précipités.

L’ange Fort Qui Jeta La Pierre Dans LA Mer
(Sens spirituel divin)

CHAPITRE 18, VERSET 21
XXI- Et le Seigneur influa fortement du Ciel sur les faussetés confirmées par l’adultération du vrai de la Parole, et il les refoula dans l’enfer, en disant : « Ainsi va être entièrement renversé le Catholicisme-Romain avec sa doctrine, et il ne se relèvera plus. »

Pour en savoir plus sur L’Apocalypse Expliquée, cliquez sur le bouton plus bas.

Laissez moi vos commentaires et impressions

Bien évidemment, je vous invite à tout moment à me faire part de vos commentaires et impressions. Pour autant que ceux-ci restent dans le respect et la politesse. Alors, maintenant que vous comprenez ce que représente Babylone et le sens spirituel derrière l’ange fort qui jeta la pierre dans la mer. Je vous suggère de poursuivre votre apprentissage avec les prochains versets. Donc, si vous êtes prêt à continuer, appuyez simplement sur le bouton ci-dessous.

Découvrez L’Homme Derrière Cet Enseignement

Retrouvez les oeuvres d’Emmanuel Swedenborg en cliquant ici!
ou
Retrouvez les oeuvres d’Emanuel Swedenborg en activant le Flash player

Pour en apprendre plus sur Babylone et l’ange fort qui jeta la pierre dans la mer
Cliquez sur le bouton ci-dessous.

Merci à Jacques-François-Étienne (1794-1864), qui fût le traducteur des oeuvres  d’E.Swedenborg.
Sans qui, la science des correspondances serait encore ignoré par nous tous!