LA GENÈSE DE L’HOMME RÉGÉNÉRÉ

LA GENÈSE DE L’HOMME RÉGÉNÉRÉ

mars 2, 2019 0 By M-A.C
Partagez !
Divulgation
L’article ci-dessous: La Régénération De L’Homme, peut contenir des liens d’affiliation. Si vous achetez quelque chose par l’un de ces liens, vous ne paierez pas un centime de plus. Mais nous obtiendrons une petite commission, ce qui nous aide à garder les lumières allumées. Merci ! En savoir plus…..

Crédit image pour la régénération de l’homme: Photo de Pixabay.com

LA RÉGÉNÉRATION DE L’HOMME

Avant tout, vous devez savoir qu’ici il sera questions de La Régénération De L’Homme, qui s’avère être un ouvrage basé sur la Parole contenue dans le livre saint de la Genèse.

Ce texte très ancien, qui semble difficile à comprendre pour le commun des mortel, devient clair et fait plein de sens lorsque l’on prend connaissance de la sciences des correspondances.

Cependant, si vous n’avez pas pris connaissance de l’ensemble des publications concernant la Parole Spirituelle, le tout tirées des enseignements légués dans les oeuvres d’Emmanuel Swedenborg tels que;

Je vous suggère fortement de le faire à la suite de ce présent article. Ainsi, vous aurez une bien meilleure compréhension de l’enseignement qui a été donné ici. Vous aurez qu’à revenir et cliquer sur l’un des liens ci-dessus ou encore aller à la section Parole Spirituelle dans le menu de ce site web.

Pour débuter je vous conseille l’article ci-dessous

Alors sans plus tarder je vous laisse commencer votre enseignement spirituel sur La Régénération De L’Homme. Dans cet article vous aurez droit aux trois premiers chapitres que je viens de terminer. Je vous transmettrai la suite aussitôt que j’en aurai conclu l’écriture.

Cependant, je vous demande de prendre en considération que je ne suis pas un écrivain professionnel, donc il est fort problable que vous trouverez des fautes d’orthographes. Néanmoins, si c’est le cas, veuillez m’en excuser, mais si possible, tentez de vous concentrer sur le message contenu dans le texte, car c’est là l’essentiel. Bon, alors allons-y!

LA RÉGÉNÉRATION DE L’HOMME

Chapitre 1

La régénération de l'homme

Tout d’abord, sachez que depuis les temps très ancien, le Seigneur offre la régénération à l’homme Externe. (L’homme perçu par les 5 sens ou si vous aimez mieux l’égo). De sorte qu’Il lui permet de naître de nouveau et de recevoir la véritable vie, qui est celle de l’interne (l’homme spirituel). 

Toutefois, l’homme, avant d’accepter la régénération, n’a rien de bien ni même de vrai en lui. Puiqu’il est dans l’ignorance de toutes les choses qui concernent la foi dans le Seigneur et par conséquent, de tout ce qui concerne la vie spirituelle et céleste. 

Il est donc inconsciemment plongé dans les cupidités et par suite, dans les faussetés, car il n’a point de lumière en lui. Mais il nous faut savoir que par Sa miséricorde, le Seigneur a caché toutes les connaissances du bien et du vrai dans l’homme. 

Cependant, nul ne peut les connaître avant d’être régénéré et que ses externes ait été complètement dévasté. Puisque c’est ainsi que le corps interne obtient la vie. 

Recevoir la vie intérieur

C’est pourquoi, lorsque l’homme, par le Seigneur, accepte de recevoir cette vie intérieur, il commence soudainement à comprendre que ses biens ne sont pas de réels biens. Cela s’explique du fait qu’il apprend alors que le Seigneur est le seul vrai-même, ainsi que le bien-même de qui tout procèdent. Puis qu’il plaça ce bien et ce vrai caché dans son interne et laissa tout ce qui concerne le propre (égo) de l’homme dans ses externes. 

C’est ainsi que pouvait être perçu l’état précédent la régénération, qui se définit en un état de faussetés et d’absence de foi totale qui garde l’homme dans son propre,  qui de nos jours, est souvent nommé « l’égo ».

Ensuite, vient le premier état suivant la régénération, qui lui, grâce au Seigneur, nous portes dans les vérités et la connaissance de la foi, ainsi que tout ce qui procède du Divin Amour.  

Car le Seigneur fit qu’il y est une distinction entre l’homme interne et l’externe. De sorte qu’il mit les vrais connaissances dans l’homme interne et laissa les scientifiques du propre dans l’externe, (les raisonnements de l’égo), car ils sont les faussetés confirmé par la pensée de cet homme.

La distinction entre l’interne et l’externe

Le Seigneur fît cette distinction de manière à ce que l’homme interne, une fois dans le deuxième état de sa régénération, remarque et commence à savoir que tout bien et tout vrai vient du Seigneur seul, qui est Lui-même le Divin Amour. Et que par ce fait, l’homme externe lorsqu’il est régénéré, devient tel qu’il pense encore tout de même faire de lui-même les biens qu’il fait et dire de lui-même les vrais qu’il dit. Mais parce qu’étant maintenant régénéré, il est ainsi conduit par le Seigneur à faire le bien et à dire le vrai, comme s’il agissait par son propre.

Mais avant la régénération, l’homme Externe, ne sachant rien en ce qui concerne son interne, semble ignorer le Seigneur et ne le reconnaît nullement. De plus, il se permet de penser et de croire qu’il fait tout par lui-même. Toutefois, n’ayant pas de vie interne, tous les biens qu’il croit faire son en vérité des maux et ses vrais sont en fait des faussetés qui appartiennent uniquement à son propre.

Car pour l’homme non-régénéré, le faux lui apparaît alors comme vrai et c’est ainsi qu’il en vient à croire que le mal est le bien. C’est pourquoi, lorsque cette distinction est faite, et que l’homme la remarque, il entre alors dans le deuxième état de vie de son interne.

Prenez note de ce qui suit:

Avant de poursuivre, j’aimerais vous mentionner qu’il sera important pour vous de comprendre que dans cet ouvrage, par le mot (Propre), il faut entendre: ce par quoi l’homme se défini selon lui-même ou selon le monde, mais vous le connaissez peut-être mieux sous le nom de l’égo.

Toutefois, lorsque nous parlerons du propre vivifié, qui est l’union céleste de l’homme interne avec le propre, il sera question de la vrai identité de l’homme. Car ce propre est vivifié par le Seigneur et c’est par lui qu’il dirige l’homme jusqu’à le rendre à sa ressemblance et ainsi être son image.

On doit noter aussi que par le mot (Scientifiques),  vous devez d’abord entendre les raisonnements et les pensées confirmés dans le mental de l’homme et non pas les scientifiques de métier, malgré que leur titre, de même que leur travail, illustre bien l’idée, car ce sont des gens qui s’applique à confirmer leurs théories, qui proviennent tous en majorité de la pensée du propre de l’homme externe.

Ceci dit, je vous laisse maintenant poursuivre votre lecture en continuant avec les états et phases successives de la régénération.

La reconnaissance du corps interne

Voilà, alors à cette étape, l’homme sait et reconnaît qu’il a un corps interne et un externe. Puis il reconnait que les connaissances des vrais et des biens proviennent du Seigneur seul et influe dans l’homme interne jusque dans l’externe et ce, même si cela n’est pas encore visible ou perceptible.

Car c’est ainsi que ces connaissances sont transmises et renfermées dans la mémoire de l’homme externe et deviennent ainsi les vrais scientifiques qui sont les pensées confirmées sur lesquels l’homme peut s’appuyer en sécurité. C’est pourquoi le Seigneur donna pour qualité à l’Externe le propre de l’homme. Puis il donna pour qualité à l’interne l’amas de connaissances des vrais et des biens qui influe directement de la divinité du Seigneur et de son Divin Amour.

De sorte que lorsque l’homme est rendu apte et préparé à recevoir les semences du Seigneur, pour en faire ressortir quelques biens de même que quelques vrais, il sent alors Le Seigneur, qui est le Divin Amour, faire germer dans son intérieur la tendresse. Puis ensuite, quelque chose de plus utile, qui lui, peut se semer de nouveau pour qu’enfin poussent quelque bien, qui par suite se fructifie.

La vie de la vraie foi

Cependant, tant que l’homme régénéré, pense faire par lui-même le bien et parler par lui-même selon le vrai, lorsqu’en réalité tout bien et tout vrai proviennent du Seigneur, ne se retrouve pas encore dans la vie de la vrai foi. Néanmoins, il peut la recevoir, mais il doit y croire.

Ceci dénote seulement qu’il est encore dans un état de préparation à sa réception. Puisque lorsqu’il acceptera et croira que le Seigneur est le Divin semeur de qui tout provient, il passera à l’état que l’on nomme vie de la vraie foi.

De sorte que l’homme, à ce point, reconnaîtra le Ciel qui est son interne. Puis il acceptera que le Royaume de Dieux soit en lui, car tel est le troisième état de l’homme suivant sa régénération, de sorte qu’il adopte maintenant l’état du repentir. Puisqu’il sort enfin de l’ombre pour marcher vers la lumière.

La progression de la foi

Viens ensuite l’état où il vivra une progression de la foi, qui le mènera jusqu’à l’essence de la vie de la foi, qui est le Seigneur-même. Donc, celui qui ne croit pas en lui, ne peut avoir la vie dans son interne, pour la simple raison qu’il reste isolé dans les maux et les faux de l’externe.

Cependant, celui qui arrive au quatrième état, aura vécu une progression de la foi, qui se manifestera de cette façon. Premièrement, avant la régénération, l’interne est comme sans vie.

C’est pourquoi, l’homme débutera par recevoir la vie de la foi par le Seigneur et ce, par la foi de la mémoire, qu’on nomme foi scientifique. Ensuite, viendra la foi de l’entendement, qui se dit, la foi intellectuel. Puis enfin, la foi du cœur, qui est en vérité, la foi de l’Amour.

L’amour et la foi de l’amour

Ce sont ces deux Luminaires qui éclaire l’homme, tant le jour que la nuit dans son intérieur. Puisque la lumière du jour vient de l’amour et la lumière qui brille dans la nuit est la foi de l’amour. De sorte que ces luminaire sont pour l’interne, ce que la lumière et la chaleur sont pour l’externe.

Car le luminaire du jour, qui est l’amour, fût établie par le Seigneur dans la volonté. Tandis que le luminaire éclairant pendant les heures de nuit, qui est la foi de l’amour, fût placé quant à lui dans l’entendement.

Et tout comme le soleil fait apparaître les couleurs et les formes des objets, c’est la miséricorde du Seigneur seul qui consacre d’amour la volonté, ainsi que de vérité ou de foi l’entendement.

C’est alors que l’homme comprend que c’est du Seigneur seul que procède tout amour. Car le soleil, ou l’amour, représente Sa Divinité, de même que la lumière ou la sagesse, représente Sa Divine Humanité. Tous ici peuvent reconnaître, que sans présence d’amour il ne peut y avoir la vie et que toute joie en découle. En d’autre mots, tel est l’amour, tel est la vie et tel est la joie.

Les dangers de l’amour de soi et du monde

C’est pourquoi, si l’homme ne s’éloigne pas des amours qui sont semblables aux cupidités, par le simple fait qu’elles appartiennent à l’amour, la pensée cesse immédiatement et il devient, façon de parler, comme « mort ». Puisque que les amours dont il est question ici, sont l’amour de soi et l’amour du monde.

Bien qu’il puisse sembler avoir un semblable de vie, tout comme quelque chose qui ressemble à de la joie, il n’en reste pas moins qu’ils en sont l’inverse. Puisqu’ils sont opposés au Vrai Amour, qui est l’amour envers le Seigneur qui lui, doit être placé au-dessus de toute chose et il en vas pareillement de l’amour envers son prochain.

Car l’amour de soi et du monde, ne produit que de la haine et des peines et ne laisse plus de place au prochain. Cependant, le véritable Amour qui est celui envers le Seigneur, offre la véritable vie d’amour procédant de Lui-même, ainsi que la véritable joie, qui est la joie de cette vie. Car il n’existe qu’un seul Amour véritable et donc, il en vas de soi, qu’il n’existe qu’une seule véritable vie, d’où proviennent toutes joies et toutes félicités véritables qui s’apparentent à celles des anges dans les cieux.

L’amour et la foi doivent faire qu‘un

Voilà pourquoi l’amour et la foi doivent ne faire qu’un, car ils forment qu’une seule chose. Mais lorsqu’un homme a seulement la foi, on peut le comparer à un arbre qui reçoit la lumière du soleil, mais sans sa chaleur. Un peu comme en hiver lorsque rien ne pousse et que tout semble amorphe et sans vie.

Cependant, une foi qui provient de l’amour, est comparable aux rayons de soleil du printemps, qui fait tout croître et fleurir, car c’est la chaleur de cette lumière qui détient la puissance de produire. 

Ceci dit, vous devez maintenant savoir que l’homme possède deux facultés essentiels en lui, qui sont la volonté et l’entendement. Et lorsque cette dernière est contrôlé par la volonté, ces facultés s’unissent pour ne faire qu’un mental et ainsi, une seule vie. Car ce que l’homme veut et dit, il le pense également et s’y applique.

Toutefois, lorsqu’ils sont séparé, une partie de lui cherchera à s’élever au Ciel, tandis que l’autre semblera l’aspiré vers l’enfer. Puis, sachant que la volonté est responsable de tout, l’homme, n’ayant pas uni ces deux Essentiels, se jetterait tout entier en enfer, à moins bien sûr que le Seigneur n’intervienne.

Sans amour il n’y a pas de foi

Il faut savoir que sans l’amour il ne peut y avoir de foi. C’est pourquoi, on peut affirmer que la majorité des dogmes religieux d’aujourd’hui, sont sous le joug d’une foi pervertie. Cela devient évident par ce qui vient d’être dit, puisqu’il est facile de reconnaître que les hommes et femmes qui appartiennent à ces dogmes, ne sont pas dans le vrai amour.

Ne serait-ce que par tous les jugements, les meurtres, de même que tous les crimes et supplices que leurs dirigeants on orchestrés depuis de si nombreuses années et ce, au nom de Dieu. Quant au fond, cela était fait pour la simple obtention d’une domination totale sur les nations et sur les âmes de leurs adhérents.

Voilà ce qui est la plus grande hérésie et ce, même si c’est précisément ce que le Seigneur était venu nous enseigner lors de son passage sur terre pour acquérir Sa Divine-Humanité.

Alors réveillez-vous par l’amour, ou laissez l’amour vous réveiller, mais sortez de ces dogmes qui ne font qu’étouffer la vérité pour garder le contrôle sur vous. Puis, gardez bien en mémoire ce que la Parole nous révèle lorsqu’elle nous apprend que sans amour, il ne peut y avoir de foi. Puisque le véritable amour est la base de tout.

Les deux Essentiels sont dans l’interne de l’homme

Alors, maintenant que ces deux Essentiels, qui sont comparés aux deux luminaires du Ciel, sont placés dans l’interne de l’homme, ils peuvent ainsi éclairer son externe et de là, il commence réellement à vivre. Car avant ceci, on peut difficilement dire que l’homme avait vécu, puisqu’il croyait faire le bien qu’il faisait par lui-même et le vrai qu’il disait, il pensait l’avoir dit par lui-même.

Mais tout ce qui venait de son propre (égo) était comme mort, car il n’y existais en lui que le mal et le faux à ce moment. C’est pour cette raison, que l’homme qui acquiert ces deux essentiels, est vu comme marchant dans la lumière du jour, car il produit ainsi des œuvres de bien.

Néanmoins, celui qui ne cherche pas à connaître et avoir ces essentiels, est vu quant à lui, comme un aveugle qui marche en boîtant dans les ténèbres de la nuit. Car il ne sort de lui que des faussetés et des œuvres du mal.

Voilà pourquoi le Seigneur a établi la régénération, qui, grâce à elle, permet à l’homme interne de distinguer le vrai du faux. Ce que l’homme Externe ne peut point faire, tant que naît pas dans l’interne, le corps de la foi. Pour qu’ensuite, il progresse jusqu’à constituer la véritable foi, qui provient du véritable amour envers le Seigneur et son prochain. C’est alors que l’homme régénéré, si il atteint ce stade-ci, aura complété le quatrième état de sa véritable vie.

L’homme régénéré est l’église ou le temple du Seigneur

Car maintenant que l’homme est vivifié par l’amour et la foi en cet amour, puisqu’il croit et reconnaît que le Seigneur opère en lui tout bien qu’il fait et tout vrai qu’il prononce, l’homme régénéré, devient alors la nouvelle église ou si vous préférez, le nouveau temple du Seigneur.

Puisque les scientifiques et les rationnels de l’homme externe sont maintenant produits par les intellectuels de l’homme interne, qui eux, proviennent à leur tour du Seigneur seul et ainsi, du Divin Amour. Car avant cette régénération, tout ce qui vient du propre de l’homme, lorsqu’il est mis à la lumière, semble mort puisqu’il n’a aucune vie en soi.

Toutefois, ce qui vie par le Seigneur à en lui-même le spirituel ainsi que le céleste. Puis, lorsqu’il apparaît à la vue, il est représenté comme quelque chose d’humain ayant vraiment la vie.

Tout ce qui provient du Seigneur a la vie en soi

Cela peut vous paraitre incroyable, mais s’en est pas moins vrai que chaque parole, idée, de même que la plus petite partie de pensée d’un Esprit angélique, possède en elle-même la vie et ce, parce que chacune d’elle possède une affection provenant du Seigneur, qui est le Divin Amour et donc, la Vie elle-même.

C’est pourquoi, chacune des choses qui viennent de Lui, on la vie en soi, car elles ont la foi en Lui. Dès lors, l’homme commence à développer des scientifiques, qui sont comme je le mentionnais plus tôt, ses pensées confirmées. Toutefois, ils sont maintenant animés par la foi qui vient du Seigneur et ainsi, il acquiert les communs de ces scientifiques qui procurent la sagesse et l’intelligence.

C’est-à-dire les sciences en général et par conséquent, la connaissance de la foi et des vérités qu’elle contient. De plus, tout ce qui a en soi la vie par le Seigneur, se fructifie et se multiplie, car Lui-même les a bénis. De sorte que tout ce qui provient de l’amour envers le Seigneur et la foi en cet amour possède en lui la semence du fruit qui lui permet de fructifier et de se multiplier de façon prodigieuse et ce, tant que l’homme est dans le corps.

Franchir le cinquième état de vie

Car même si cela n’est pas toujours visible et ne semble pas être ainsi, vous devez savoir que lorsque l’homme passera dans l’autre monde, il pourrait se voir très surpris et grandement étonné.

Mais ceci dit, c’est ce que le Seigneur manifeste à l’homme qui franchi le cinquième état de vie suivant sa régénération. Car à ce point, il obtient dans son interne, la bénédiction du Divin amour et ainsi, il la transmet de là, à l’homme externe sous la forme de la sagesse et l’intelligence du commun des scientifiques. Puisque c’est ainsi que l’homme ce confirme dans le vrai. Voilà ce qu’on dénote de l’homme, qui se situe dans ce cinquième état de la vie régénéré par le Seigneur.

C’est également ce qui explique qu’en premier lieu, au commencement de la régénération, l’homme externe fait face à l’interne et s’avance vers lui, tout en continuant à produire par lui-même. Cependant, lorsqu’il atteint ce cinquième degré d’évolution, il y a un changement d’ordre et les externes deviennent alors de plus en plus de second ordre.

L’externe accompli ce que l’interne produit

Puis, l’homme interne commence ainsi tranquillement à produire ce que l’externe accompli, de manière à ce que toutes les affections de l’homme deviennent ainsi vivantes.

C’est précisément ce processus qui le mènera au prochain degré, car le sixième état existe cette fois, lorsque c’est par la foi de l’entendement, de même que par la volonté de l’amour, que l’homme parle des vrais et fait des biens. Car c’est par eux qu’il se laisse maintenant guider, puisqu’il les a unis en lui et ainsi, il devient un homme spirituel à l’image du Seigneur.

Les deux anges et deux esprits

Il faut savoir que dans un temps très éloigné, l’homme comprenait plusieurs chose sur l’image du Seigneur. Malheureusement elles sont trop nombreuses pour que nous les mentionnons tous ici.

Toutefois, il est évident que l’homme d’aujourd’hui ignore que le Seigneur le dirige par deux anges, ainsi que deux esprits. De sorte que par ces esprits, il communique avec le monde des esprits et que par les anges il y a communication avec le Ciel, de manière à ce que de ce Ciel, il y a communication avec le Seigneur. Et sans cette conjonction il ne pourrait y avoir de vie. Puisque si les anges et les esprits quittaient l’homme, il s’écroulerait au même moment et l’on constaterait immédiatement sa mort.

Néanmoins, avant que l’homme soit régénéré, il en vas autrement, car ce sont des mauvais esprits qui le contrôle et ce, d’une telle façon et avec une telle emprise, que même si les anges sont toujours présents, il ne peuvent que l’empêcher de se laisser tomber dans le pire des mal en tentant autant que possible de le tourner vers quelques biens. Le tout en utilisant les propres cupidités de l’homme, de même que de le conduire vers quelques vrai et ce, par l’illusion des sens.

Se faire conduire vers les biens réels

Cependant tant que l’homme ne s’est pas régénéré, la force des mauvais esprits empêche les anges dans faire plus. Mais une fois qu’il accepte la régénération, la puissance des anges devient dominante et ils peuvent ainsi le conduire vers les réelles biens, de même que les véritables vrais.

Puis ils font en sorte que l’homme puisse maintenant avoir les maux et les faux en dégoût, parce que oui, c’est bien vrai que les anges le conduisent, mais ça reste que c’est le Seigneur qui le dirige et ce, jusqu’à ce que l’homme soit à son image, qui est l’homme spirituel.

Toutefois, être à son image ne veut pas dire être la ressemblance du Seigneur, car effectivement il ne l’est pas encore, mais il est défini maintenant selon sa ressemblance. Car à ce point, l’homme spirituel est devenu « l’image » et peut être appelé fils de lumière, mais si il atteint l’état de vie qui suit, il deviendra alors homme céleste et c’est à ce moment que l’homme deviendra « la ressemblance », de sorte qu’il puisse être nommé fils de Dieu.

De fils de lumière à fils de Dieu

Ceci, s’explique du fait que l’homme spirituel, qui est maintenant fils de lumière, a laissé sa domination externe s’avancer progressivement vers l’homme interne. Le tout en usant constamment de la foi qui appartient à l’entendement pour faire les biens qu’il fait et dire les vrais qu’il dit. De sorte que pour lui, l’amour qui appartient à la volonté, procède de sa foi.

Cependant, lorsqu’il devient homme céleste et par ce fait même, fils de Dieu, cet ordre est inversé, puisque la foi qui s’applique à l’entendement, et qui lui apporte la lumière de la sagesse, procède maintenant directement de l’amour, qui lui est attaché à la volonté.

Puis, c’est à ce moment de développement que survient un changement majeur, car maintenant c’est la domination de l’homme interne qui s’exerce sur les externes. La raison de cela est que dans l’homme il y a eu mariage céleste. Mariage qui procure la vrai félicité ainsi que les plus belles joies et tous ses délices.

Le sixième état et le mariage céleste

Puisque dans le sixième état, l’entendement ou La Foi qui est dans l’homme spirituel sont perçus comme la partie mâle, et la volonté ou l’amour quant à eux représentent la partie femelle. Alors, lorsque ces deux facultés agissent d’un commun accord, il y a ce qu’on appelle alliance et par ce fait même, mariage céleste dans L’Église-même qui est le corps interne.

C’est ainsi que l’homme devient lui-même céleste et peut être appelé fils de Dieu. Car cette conjonction entre l’entendement et la volonté, ainsi qu’entre la foi et l’amour, est le mariage qui fait fructifier tout bien, de même que multiplier tout vrai que l’homme produit.

Car ainsi, l’homme interne est dirigé par le Seigneur lui-même. Et lorsque le Seigneur opère, les biens et les vrais augmentent puis grandissent immensément. Car l’homme céleste trouve son plaisir que dans les choses célestes, qu’on nomme nourriture céleste.

Il en est de même pour l’homme qui est spirituel qui lui, se délecte uniquement des choses spirituelles. Et parce qu’elles sont utiles à sa vie, on les nomme nourriture spirituelle. De sorte qu’en dernier lieu, l’homme naturel quant à lui, s’approprie les choses naturelles parce qu’elle viennent de sa vie. C’est pourquoi elle sont nommée nourriture, et ce sont généralement des scientifiques.

La nourriture de l’homme spirituel

Mais les aliments principaux qui constituent la nourriture de l’homme spirituel et qui le fortifieront avant l’atteinte de l’état suivant, sont tout vrai qui concerne l’usage, ainsi que le bien de la foi. C’est de cette manière que l’on peut voir que le fruit de l’arbre de vie, est offert en nourriture à l’homme céleste par le Seigneur. Mais que la semence d’où provient ce fruit, est donné quant à elle à l’homme spirituel. 

Car l’homme qui est régénéré, pendant qu’il progresse jusqu’à devenir spirituel, est continuellement en combat. C’est pourquoi l’église du Seigneur qui est le corps interne est appelée militante.

Parce qu’auparavant, les cupidités de l’externe dominaient, puisqu’elles composaient alors l’homme en entier de pures faussetés qui provenaient d’elles. Cependant, lors de la régénération, ses cupidités de même que ses faussetés, ne peuvent être détruites d’un seul coup, en un même moment, car cela aurait l’effet de détruire l’homme dans son entier, puisqu’il n’a pas encore acquis et fait croître une autre vie en lui.

Le combat contre le contrôle des mauvais esprits

C’est pourquoi, les mauvais esprits qui tente de le contrôler sont laissés longtemps chez lui pour exciter ses cupidités. De manière à ce que le Seigneur puissent les tourner en bien et qu’elles soient toutes dissociées et dissipées par une infinité de moyens et qu’ainsi, l’homme soit réformé.

Car les mauvais esprits, tout au long du combat, démontrent une haine viscérale envers tout ce qui est bien et vrai. Puis, en d’autres mots, pour tout ce qui est lié à l’amour et la foi dans le Seigneur, qui sont eux-mêmes les biens et les vrais, parce qu’ils ont en eux la vie éternelle.

C’est pour cette raison que l’homme, après avoir été dans les combats pour en sortir plus fort et grandi, se voit offrir par le Seigneur la semence du fruit, qui sera maintenant sa nourriture spirituel, car il sera alors lui-même homme spirituel. De sortes qu’il goûtera enfin à la tranquillité et la paix d’esprit de même qu’aux  délices et félicité qu’elle apporte.

Le Seigneur donne étape par étape

Mais le Seigneur lui donnera par intervalle, de façon épisodique, car dans le monde des esprit règne depuis longtemps une haine profonde et même meurtrière en ce qui concerne l’amour et la foi envers le Seigneur. De sorte que si le Divin amour ne préservait l’homme de cette haine et ce, même au plus petit moment, ce monde l’infesterait et le ferait périr sur le champs.

Or, étant maintenant rendu au sixième état, toutes les choses de la foi qui sont dans l’entendement, qui représente les spirituels et toutes celles de l’amour envers le Seigneur et son prochain, qui sont dans la volonté et représente les célestes, se sont unis dans l’église par le mariage céleste et ne font dorénavant qu’UN.

Voyez-vous, les temps, tout comme les états de la régénération de l’homme, sont divisé en six étape, puis ils ont étés nommés les jours de sa création. Car il aura passé en étape et par degrés, du non-homme sans vie qu’il était, à tout d’abord quelque chose de vivant, mais encore peu, puis progressivement davantage jusqu’à ce que vienne le sixième jour, qui lui, est l’état de l’homme spirituel, où il devient en quelque sorte l’Image selon la ressemblance et donc, Fils de lumière.

Toutefois il n’y a point de repos pour lui tant qu’il est dans les combat et que le Seigneur combat pour lui tous les maux et les faux et le confirme ainsi dans les vrais et les biens. Puis, cela dure jusqu’au moment où, l’amour devient l’agent principal en lui.

Devenir l’oeuvre des doigts de Dieu

C’est alors que le combat cesse, puisque le travail, qui a bien été accompli, a fait en sorte de conjoindre la foi à l’amour. Voilà pourquoi le régénéré est appelé l’œuvre des doigts de Dieu. Puis il est perçu comme très bon, car le Seigneur, le conduira par la suite à être comme une ressemblance de Lui-même, de sorte qu’il puisse enfin être nommé fils de Dieu.

Puisqu’à la fin du sixième jour, qui est en fait le sixième état, les mauvais esprits quittent l’homme et les bons qui ont toujours étés présents mais qui étaient étouffés par les autres, reprennent finalement leur place. C’est Alors que l’homme est introduit au Ciel, et peut accéder au paradis céleste. Et c’est exactement ce qu’on verra dans le chapitre qui suit.

L’enseignement de la Genèse

Sachez que, tout ce qui vient d’être mentionné ci-dessus, provient de la Parole contenue dans la genèse et ce, même si à premier coup d’œil il en apparaît pas ainsi. Le fait est, qu’il faut savoir que la sainte Parole contenue dans les livres qui composent la bible ont étés rédigés de quatre styles différents et c’est ainsi que les anges la perçoivent.

Car pour eux, il ne connaissent même pas la signification de la lettre et donc, pas plus des mots, tels le nom des villes, fleuves, personnes et objets que l’on retrouve si souvent dans la Parole. Ils connaissent seulement les représentatifs que ces mots et ces noms signifient dans le Ciel.

Les représentatifs: ADAM – NOÉ – ABRAHAM

C’est pourquoi la Parole pour eux, est si douce et merveilleuse a entendre. Ainsi, par Adam, ils perçoivent la très-ancienne église, en fait, pas nécessairement l’Église mais la foi qu’avait cette Église dans le Seigneur.

Par Noé, c’est les restant de cette église qui persista chez les descendant des très-ancien jusqu’au temps d’Abraham. Et par Abraham ils ne perçoivent nullement l’homme qui a exister sous ce nom, mais bien la foi qu’il a représenté, qui par elle, avait la puissance de sauver.

Puis, Il en va ainsi de tous les noms de ville, de fleuve, de personne, de même que les animaux, jusqu’aux simple chose tel le bâton, l’épée, l’huile, le pain, les vêtements. Bref, tout est perçus par eux selon leurs représentatifs.

Le Premier style qui compose la Parole

Voilà ce qui explique les différents styles qui composent la Parole. Car le premier, qui provient de la très-ancienne église est celui qui se rapproche le plus de la perception des anges. Cela s’explique dû au fait que les hommes de cette Église lorsqu’il nommaient les choses naturel et terrestre, pensaient en même temps au chose spirituelles et célestes qui les représentes.

C’est de là, qu’ils s’exprimaient et rédigeaient ainsi par des représentatifs, qui parfois était mis en série, de telle façon qu’il formait une histoire et ainsi ils leurs donnaient plus de vie. Car c’était un pour eux un doux plaisir d’écrire et de parler ainsi.

C’est pourquoi David nomme ces représentatifs, énigmes venues de l’antiquité dans un de ses psaume. De même, il faut savoir que Moïse fût également initié à cette science par les descendant de cette très ancienne Église, qui lui avaient alors transmis les écrits concernant la création, le jardin d’Eden et ce, jusqu’au temps d’Abram.

Le deuxième et troisième style qui composent la Parole

C’est pourquoi le deuxième style qui suit, est celui que Moïse a utilisé, et l’on retrouve ce style à partir du temps d’Abram, ainsi que dans les livres de Josué, des juges, de Samuel, de même que celui des rois. Car bien que ces livres démontre l’historique des faits, qui se sont réellement produit en ces temps reculés, ils n’en reste pas moins que dans leur sens interne, ils contiennent autant en général qu’en particulier, des idées et des choses bien différentes.

Puis vient ensuite le troisième style, qui lui est prophétique. Ce style est également né de la science de la très ancienne église et est majoritairement celui qui est utilisé par les Prophète. Sa particularité est qu’il n’a pas toujours de liaison, ni de sens historique comme les très-anciens. Mais plus souvent qu’autrement, il semble être que des images conçues par l’esprit, qui ne donne toutefois aucun sens, à moins de connaître la science des correspondances relié aux représentatifs spirituels et célestes. 

Car cette science nous révèle le sens interne de ces textes, où l’on retrouve de véritables et très importantes arcanes, qui sont assemblées d’une magnifique façon et dans un ordre plus que remarquable. De plus, l’on y trouve tout ce qui concerne autant l’homme externe que l’interne, ainsi que les états de l’Église et du Ciel lui-même. Puis, dans son sens plus intime, tout sur le Seigneur.

Le quatrième et dernier Style qui compose la Parole

Ce qui nous laisse donc, le quatrième style, qui lui est celui utilisé par David dans ses Psaumes. Celui-ci je vous dirais, est en quelques sorte le milieu entre le style prophétique et le langage purement usuel. De plus, une chose importante à savoir est que, dans le sens interne, par la personne de David comme Roi, il faut entendre le Seigneur. Donc, maintenant que cela a été dit, je poursuivrai en vous parlant de ce qui concerne l’homme régénéré, qui atteint l’état d’homme céleste dans le chapitre qui suivra sous peu…

LA RÉGÉNÉRATION DE L’HOMME

…CHAPITRE 2…

La régénération de l'homme

Le 7ème état – L’homme céleste

Alors, nous étions maintenant rendu au septième état de l’homme régénéré, car l’homme qui était auparavant mort, avant d’avoir subi sa régénération, a vu naître en lui sa nouvelle et véritable vie par la foi et l’amour envers le Seigneur.

Puis il a progressé dans cette foi, en avançant de l’externe vers l’interne, tout en combattant ses cupidités par le Seigneur, mais comme par lui-même. Et ce, jusqu’à devenir homme spirituel et qu’ainsi il soit fils de lumière. C’est pourquoi maintenant, nous allons donc voir l’état suivant, qui est le septième et qu’on nomme l’homme Céleste.

La raison d’être de ce septième état, est que l’homme est rendu spirituel à un point tel que la foi et l’amour ne font plus qu’un en lui. Car ce n’est plus la foi ou le spirituel qui domine maintenant, mais bien l’amour, ce qui fait en sorte qu’à partir de cet instant, c’est le céleste qui est sur le point de commencer.

Le 7ème État – Est le 7ème jour

Comme vous pouvez peut-être vous en douter, c’est cet état qui est représenté par le septième jour, durant lequel le Seigneur peut alors se reposer. Car après avoir combattu en l’homme pendant six jours, le combat cesse. Puis Il appelle enfin l’homme sont œuvre, en raison que ce septième jour a été sanctifié et que l’homme qui a prît naissance à la régénération, est à ce stade-ci, rendu créé, formé et complet.

C’est pour cela que ce jour se dit celui du Sabbath, qui est dû au repos que le Seigneur peut maintenant savourer. Car il faut savoir que le Seigneur Lui-même est le Sabbath et qu’à ce moment, l’Homme-même est le Seigneur.LN

L’homme complétement régénéré

Cependant, si vous croyiez que je parle ici de l’homme externe qui était comme mort avant sa régénération, détrompez-vous, loin de moi est l’idée d’affirmer une tel chose. Non, ici je parle plutôt de l’homme complètement régénéré, qui a passé au travers des six état et qui, par les combats du Seigneur, a vaincu tout ce qui était rattachés au propre (égo) et qui appartenait à l’externe du non régénéré. Car ainsi, cet homme a subjugué les enfers, puis est devenu céleste.

Alors comprenez bien que c’est de cet homme que je parle et nul autre. Et puisqu’il est maintenant la ressemblance même du Seigneur, c’est pour cela qu’il est dit que cet Homme-même est le Seigneur !

Car l’homme qui devient ainsi céleste, ne fait plus rien pour ou par son propre désir, mais agit seulement pour plaire aux bons plaisirs du Seigneur. C’est ainsi qu’il jouit de toute les félicités internes et goûte enfin à la paix et la tranquillité d’esprit des plaisirs externes.

Le 7ème état – Le jour du repos

Les anges célestes viennent donc vers Lui et lorsqu’il sont présents, aucun mauvais esprits ne peut s’approcher, car ils fuient la lumière céleste. C’est alors que les bons s’installent de façon à ne plus être délogés. Et puisque c’est le Seigneur qui a combattu en l’homme pendant les six jours et que »six » veut également dire, « du début à la fin », de là on comprend mieux pourquoi le septième jour est appelé jour de repos.

Car le Seigneur a vaincu les deux adversaires qui empoisonnaient l’homme et qui à eux seuls étaient la source de toutes ses cupidités et faussetés dans lesquels l’homme non-régénéré se confirmait. À savoir, l’amour de soi et l’amour du monde.

Lorsque l’interne s’avance vers le Ciel

Toutefois, l’homme une fois devenu Céleste, débute une autre phase de formation, si je peux l’appeler ainsi. Car tout comme l’homme à sa régénération naît de nouveau et grandi progressivement de l’externe vers l’interne, ainsi l’Homme Céleste naît encore de nouveau, mais cette fois, il s’avance de l’interne vers le Ciel.

Car tant que l’homme externe résistait et refusait de se soumettre à l’obéissance de la volonté de l’interne et ce, en restant coincé dans ses cupidités, il y avait combat. De sorte que lorsque l’externe accepte de se soumettre, l’interne goûte donc alors à la tranquillité.

Et sachez que les plaisirs que l’ont retrouvent dans cette paix sont indescriptibles. Rien ne peut venir entraver sa volonté maintenant, car il n’y a plus d’obstruction et donc, plus de combat. À ce point, ont dit de lui qu’il est Homme, car par la progression et la vie de sa foi, il a été préparé à vivre la vie de l’amour, et c’est ainsi qu’il obtient, tel un souffle de vie, la perception qui est offerte que par le Seigneur.

Reconnaître L’influence du Seigneur

Rappelez-vous que l’homme spirituel, bien qu’il soit avancé dans sa progression, doit reconnaître, il est vrai, que le Seigneur influe à travers lui par sa foi dans ses intellectuels, ses raisonnements et ses scientifiques.

Toutefois, étant toujours dans la résistance de l’externe, l’homme à tendance à penser que son intelligence lui vient de lui-même. Mais lorsque le combat cesse et que le repos survient, l’ordre est rétabli. Ainsi, l’homme Céleste devient également le jardin d’Eden du côté de l’orient. Qui représente l’homme qui a l’intelligence de l’amour par le Seigneur.

Car l’homme a ainsi été créé, de façon à ce qu’il puisse être à la fois sur terre et dans le Ciel. De sorte que ses pensées s’ouvrent vers le ciel et toutes les idées, paroles et actions qui contiennent son spirituel et son céleste seront manifesté par le Seigneur.

Puis, vu qu’il est en chacun de nous, voilà pourquoi l’homme obtient par ce fait même, la perception sur tous et chacun. Et il l’acquiert par le bien de l’amour et la foi en cet amour. 

Le bien de l’amour et le bien de la foi en cet amour

Il est toutefois difficile de pouvoir expliquer à la société occidentale, qui base tout leur concept de vie sur le capitalisme, en quoi consiste le sens interne du Bien de l’amour et le bien de la foi en cet amour. Parce qu’ils sont inconnus de la majeur partie de la population et ce, en raison que la société d’aujourd’hui est tellement ensevelie sous les cupidités du propre (égo), de l’homme externe, qu’ils ignorent tout de ce qu’est la foi qui provient de l’amour. Tout comme ce qu’est la sagesse et l’intelligence qui en découle.

De nos jours, les hommes basent toute leurs connaissances sur la science qu’ils interprètent en soi comme étant de l’intelligence, de la sagesse et leur foi. Cependant il ne semble même pas savoir ce qu’est l’amour, pas plus de ce qu’est la volonté et l’entendement, puis encore moins que c’est deux essentiels ne forme qu’un seul mental. Car ces choses sont tous des choses distincte pour eux.

Mais l’homme se doit de savoir qu’il n’y aura jamais de sagesse qui ne vienne du Seigneur, ni d’intelligence qui ne procède de la foi et donc du Seigneur aussi. Tout comme ni bien qui ne vienne de l’amour et ni vrai qui ne procede de la foi et par conséquent, du Seigneur. Puisque Lui-même est La Divine Sagesse du Divin Amour.

L’intelligence, la foi et la sagesse errante

Alors bien que l’homme croit avoir de l’intelligence, de la foi, ainsi que de la sagesse, qu’il n’en reste pas moins surpris, que si elle ne vienne pas de l’amour ni de la foi et donc du Seigneur, elles ont peut-être une connotation semblable en leurs noms, mais en réalité elles sont l’intelligence, la foi et la sagesse errante ou si vous préférez bâtarde.

Car Il est le seul à être en mesure de faire influer le bien de l’amour dans le vrai de la foi, qui octroie la pure sagesse d’où découle l’intelligence véritable. Ainsi, lorsque l’homme Céleste s’avance vers le Ciel et que dans son mental s’unissent la volonté et l’entendement, il obtient alors toutes les connaissances des choses qui appartiennent au bien et au vrai de l’amour et peut finalement apprécier tout les plaisirs qui en découlent.

Car par le Seigneur, influe dans l’homme interne la perspicacité de la raison qui est alors transmis dans le mental rationnel de l’externe, ce qui lui offre la véritable science qui vient directement du Seigneur.

La pure sagesse de l’homme céleste

Puisque les pensées et raisonnements que l’externe entretenait, (qui sont les scientifiques de la mémoire), étaient en quelque sorte la limite entre l’intelligence de l’homme spirituel et la pure sagesse de l’homme Céleste.

Ceci s’explique par le cheminement que prend l’influ de la réelle sagesse qui elle, procédant directement du Seigneur, apporte l’intelligence à l’interne, qui se transmet ainsi à l’externe par la raison. De sorte que c’est par cette raison que son vivifiés et purifiés les scientifiques contenus dans la mémoire.

Puisque tel est l’ordre de la vie, tel est le cheminement de la sagesse et tels sont les hommes Célestes. Ces hommes, où femmes bien entendu, reconnaissent que tout, que se soit en général comme en particulier, appartient au Seigneur et ce, par la simple raison qu’ils le perçoivent.

Tout appartient au Seigneur

Bien que l’homme spirituel le reconnaît également, parce que c’est ce que la Parole lui enseigne, il le reconnaît que de bouche. Mais pour ce qui est des hommes corporels qui sont uniquement dans l’externe, ils ne reconnaissent point cette vérité. Puisqu’ils se persuadent que tout ce qu’ils possèdent et qui sont chez eux leurs appartient. De tel façon que, s’ils venaient à les perdres, leurs vies seraient anéantis et certains chercheraient même à périr pour mettre fins à leurs tourments.

Donc qu’ont se le tiennent pour dit, toute sagesse, intelligence, raison et toute science appartiennent au Seigneur. C’est pourquoi l’homme Céleste qui reconnaît ceci ouvrent son mental vers le Ciel et peut ainsi parler avec les anges et donc le Seigneur-même. Et par ce fait, être instruit par des visions de même que des songes qui lui procrure de pures délices et un grand plaisir qu’on peu qualifié de paradisiaque.

Car par la grâce du Seigneur, il est continuellement dans l’état de perception. Puis il lui est permis par cette perception de connaître le vrai du bon. Toutefois, non par soi-même ni par le monde, car cela équivaut à vouloir connaître les mystères de la foi que par les sensuels et les scientifiques de la mémoire du propre. Mais ceci n’est nullement permis à l’homme Céleste parce que cela pourrait le détruire.

Le danger des faussetés

Vous devez savoir que c’est exactement ce qui a fait chuté la très-ancienne église, et c’est de la même manière que chute toutes les églises. Car c’est en tentant de rendre ce qui est céleste et spirituel à un degré sensuels, à l’aide de scientifiques du propre (égo), que l’homme et donc l’Église se plonge dans les faussetés, qui eux n’apportent que les maux de la vie.

Ceci survient lorsque l’homme qui n’est qu’externe et corporel se dit : « si on ne m’enseigne pas la foi selon les sensuels je n’y crois pas ». En d’autres mots, ce genre d’homme se dit que si il ne voit pas, il ne croit pas et que si il ne comprend pas il ne croit pas.

Car il fonde toutes ses croyances sur les scientifiques du sensuels et ce confirme dans l’idée que tout ce qui est du naturel ne peut différer ou être contraire au spirituel. Ainsi souhaite t-il être instruit par les sensuels sur les Céleste et les Divins, mais je me permettrais de dire que cela est aussi impossible que de voir un éléphant passer au travers le trou d’une aiguille.

La science liés aux sensuels aveugle l’homme

J’ajouterais même que, plus l’homme tente d’acquérir de la science par les sensuels, plus il s’aveugle lui-même jusqu’au point où il ne croit plus en rien de ce qui est spirituel et encore moins qu’il y a une vie eternelle.

Car vous devez bien saisir que c’est ceci qui est internement représenté par manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, et plus l’homme en mange, plus il devient mort. Cependant, si l’homme cherche à acquérir la science et donc la connaissance, non par le monde mais par le Seigneur, cet homme dit donc croire en la parole et les vérités que le Seigneur lui enseigne, puis il pense ainsi d’après elle.

De sortes qu’il se confirme dans des rationnels, des scientifiques, des sensuels de même que des naturels. Mais il met automatiquement de côté tout ceux qui ne sont pas confirmé par le Seigneur, car tout ce qui ne peut être confirmé dans le Divin Amour ne peut être un vrai ni encore moins un bien.

Les faussetés ont le pouvoir de diriger l’homme

C’est pourquoi tous doivent savoir que toutes ces faussetés, une fois acceptées, se mettent à diriger l’homme, de sorte qu’il trouvera même des appuis pour ses faux principes dans les sciences, et tout ses raisonnements feront en sorte qu’il distorsionnera sa réalité et il se confirmera dans le faux et sera donc condamné aux maux.

Car cet homme ne croyant en rien de spirituel ou céleste, avant d’avoir pu voir de ses propres yeux et de comprendre, n’arrive même pas à les saisir en usant de leur imagination. Mais si l’homme décide de devenir sage par la Parole, et donc par le Seigneur, il apprendra l’ordre des choses, et tout se présentera successivement à lui.

Plus il avancera vers l’interne, plus il sera éclairé par des rationnels et des scientifiques. Puisqu’en effet, il n’est nullement interdit de s’instruire des sciences, vu que celles-ci peuvent effectivement être utilent à la vie. De même qu’il n’a jamais été défendu à un homme qui est dans la foi, de parler ou de penser comme les érudits de ce monde et ce, tant que le principe fondamentaux de l’homme, soit de croire en la Parole, et que toutes ses vérités spirituels et célestes soient confirmés en lui dans le naturel.

Le ciel dans l’interne doit diriger l’externe

Ce qui reviens à dire qu’à ce degré, tout ce qui est du Ciel est dans l’interne, et que ce dernier dirige complètement l’externe, puisque comme mentionné plutôt, à ce point, cet Homme-même est le Seigneur. De là la raison que tout doit provenir du Seigneur et non de l’homme, car Lui seul est le Divin Amour et la Divine Sagesse. 

Mais celui qui persiste à vouloir être sage par le monde, rempli son mental, qui est pour ainsi dire son jardin, de scientifiques du sensuel. Et son éden, là où devrait être le Divin amour, est infesté par l’amour de soi et du monde. C’est pourquoi il est dit que son orient, qui devrait être le Seigneur est plutôt l’occident qui représente ici, le propre de l’homme lui-même.

Il se retrouve donc condamné par ses scientifiques remplient de faussetés qui le portent vers des raisonnements insensés qui amène le principe du mal. Puis par les connaissance de sa foi qu’il acquiert de lui-même ou du monde et ainsi par la sagesse qui en provient, découle la science qu’ont peut qualifié de magique, car une telle sagesse est nommé magie par le Seigneur.

La science magique des egyptiens

Tel était la science des egyptiens, qui utilisaient les scientifiques de même que les connaissances contenus dans la parole pour les profaner par leurs propres raisonnements et ainsi créé une science dites magiques, puisqu’elle semblait rendre l’homme sage, mais en vérité il ne l’était point. Car seul le mal et le faux finissait par sortir d’eux.

Voilà pourquoi Moïse dû sortir les bons des terres d’Égypte, car ils n’auraient pu être reformés et régénérés par le Seigneur, tout en restant esclaves de toutes ces faussetés et le mal qui les entouraient. 

Bon, maintenant que nous avons vu ce que dit la Parole sur les état de vie de l’homme régénéré, qui est lui-même l’église ou le temple du Seigneur et ce, de sa naissance jusqu’à son état le plus florissant, qui on vient de le voir est celui de l’homme Céleste. Nous pourrons maintenant voir ce qui advient à ceux qui persiste à vouloir vivement le propre de l’homme (L’égo).

De même que la postérité de cette très-ancienne église, car bien qu’elle débuta par ces Pères, qui eux étaient Céleste, elle ne fût pas éternellement dans cette état, car les générations qui les suivirent ne furent pas aussi sage, puisqu’elles se détournèrent du seigneur et du divin amour en se laissant séduire par le propre et ses sensuels.

La chute de la très ancienne église

Comme vous pouvez vous l’imaginer, ceci résulta en la chute complète de cette très ancienne église. Mais avant tout, il faut savoir que dans l’église de ces temps très reculés, il était commun que les hommes Célestes qui étaient conduit par le Seigneur, habitaient seul, car il ne subissait plus les infestations des mauvais esprits et les maux qu’ils apportent. C’est pourquoi dans la Parole on dit à quelques reprises que l’église du Seigneur était seule.

Toutefois, les descendants de cette très-ancienne église ne voulurent pas rester seuls et donc, être hommes célestes et par ce fait, être dirigé par le Seigneur. Car ils voulaient rejoindre les nations. Puis dès qu’ils eurent ce désir, ils étaient déjà dans le mal, puisque ce que l’homme désire, il lui est accordé.

De là, nous verrons que chaque homme eu, dès le départ un propre en soi, cependant, ce propre ne se comporte pas de la même façon chez chaque homme, cela dépends souvent de son degré de foi et d’amour envers le Seigneur.

Le Propre vivifié

C’est donc pour cette raison, que ceux qui sont non-régénéré et seulement corporel, ne connaissent rien d’autre que le propre de l’externe qu’on peut nommer (égo), car tout ce qui leurs appartient vient de se propre. De sorte que s’ils venaient à le perdre ils croiraient ne plus exister.

Il en est un peu de même des hommes spirituels, car bien qu’ils reconnaissent que le Seigneur est la vie de tous et chacun et que c’est par Lui que vient la sagesse et l’intelligence. De même que c’est par Lui que l’homme pense et agit. Lorsqu’ils le disent, ils ne le croient pas encore réellement.

Toutefois, l’homme Céleste tant qu’à Lui, reconnaît pleinement que le Seigneur est la vie de tous, car il perçoit cette vérité. Mais il n’en reste pas moins que même si il ne désire point ce qui se rattache au propre, le Seigneur lui en octroie un. Mais ce propre est maintenant conjoint avec toutes les béatitudes qu’apporte la perception du vrai et du bien.

C’est dans un semblable propre que se trouvent les Anges, qui sont quant à eux dans une paix suprême, car ils possèdent dans leur propre tout ce qui appartient au Seigneur, qui Lui, les dirigent par ce même propre qui est, on pourrait dire, celui de l’homme interne maintenant devenu Céleste.

La confirmation dans le propre de l’externe

Il vous sera toutefois important de retenir que le propre qui appartient à l’homme Externe et corporel, est tout de ce qu’il y a de plus infernal. Néanmoins, la descendance de cette très-ancienne église qui avait en elles l’essence-même de toutes les affections du bien et les connaissance du vrai qui en découlent, désiraient tout de même se confirmer dans le propre de l’externe.

Ce qui fût la cause de la naissance du mépris envers le Seigneur et ce, peu importe de quelque façon qu’il put leur être représenté. C’est pourquoi le Seigneur mis la postérité de cette très-ancienne église dans ce qu’on peut appeler, un semblant de sommeil, qui fit en sorte que ceux qui la composaient ne puisse point se rendre compte qu’ils étaient maintenant dans le propre de l’externe, car dans cet état, l’homme ne sait rien mise à part qu’il pense, parle, agit et vit par lui-même.

Cependant, le Seigneur permit à ce que l’homme puisse se réveiller de se sommeil, mais seulement lorsqu’il arrive à réaliser que, ce à quoi il s’identifie par le monde et par lui-même, n’est qu’une pure illusion procédant des faussetés du mal.

La venue du matin spirituel

Alors là, vient le matin et ses premiers rayon de soleil, qui par leur lumière et leur chaleur, chasse le froid et l’obscurité du Ciel et provoque ainsi le réveil de l’homme interne.

Car il faut dire que tant que l’homme est dans le propre de l’externe, il est perçue du Ciel tel un paquet d’os difforme, inanimé et à toute fin pratique, mort. Mais lorsque l’homme est régénéré puis ensuite vivifié par le Seigneur, il devient bel et bien en chair au yeux du Ciel. Puisque même si le propre lui apparaît comme étant tout, il sait que c’est quelque chose qui ne possède absolument aucune vie en soi.

De sorte que chez lui, tout ce qui est vivant vient de la vie du Seigneur et sans elle, il est conscient qu’il tomberait raide mort. Car vous devez comprendre que l’homme n’est qu’un organe de la vie. Puis garder en mémoire que tel est l’affection de la vie, tel est la vitalité et la santé de l’organe.

Il n’y a qu’un propre véritablement vivant

Il n’y a qu’un seul propre véritablement vivant et il appartient au Seigneur. C’est par ce propre qu’il sauve et rachète l’homme, puisque ce propre est la vie en soi et que c’est par lui qu’il vivifie le propre de l’homme, qui lui, agonise dans la noirceur de la mort laissant l’homme dormir dans son assoupissement.

Car l’homme qui croît vivre par lui-même, confirme en lui tout mal et tout faux, ce qu’il ne s’approprierait point s’il reconnaissait qui il est véritablement. Car lorsque les descendant de la très-ancienne église ne voulurent pas être céleste, tel que le fût leurs père, puisqu’ils désiraient ardemment un propre, Le Seigneur leur en accorda un, mais il le vivifia d’abord.

C’est-ce qui est représenté dans la Parole lorsqu’il est mention que Dieu édifia en femme la côte qu’il prit de l’homme et il l’amena vers l’homme.  Par cette phrase, quiconque croit que la femme a été créée de la côte d’un homme s’illusionne grandement. Puisque si on porte ne serait-ce qu’une légère attention à la Parole on peut voir que la femme n’a point été formée par une côte d’homme, mais que ces mots représentent autre chose qui renferment des arcanes que peu de gens jusqu’à maintenant avaient connus.

La femme représente le propre

Il faut savoir que la femme ici représente le propre (égo), en raison que c’est la femme qui a été trompée et vu qu’il n’y a que le propre (égo), qui contient l’amour de soi et du monde, qui peut tromper l’homme. Voilà pourquoi ici il faut voir la femme comme étant le propre (égo).

On le voit dans la Parole lorsqu’il est dit : la côte fût édifiée en femme. Nullement il est mentionné qu’elle fût créée, formée, ou faite. Comme par exemple lorsqu’on parle de la régénération, car elle fût édifié et ce mot se rapporte dans le sens interne à; relever ce qui est tomber. 

Ces paroles en elles-mêmes contiennent plus de choses intimement cachées que d’après la seul interprétation de la lettre. Car tel a été livrée la Parole du Seigneur. On peut s’apercevoir lorsqu’on creuse un peu, que ces paroles, une fois dans l’intime, concernent également le Seigneur-Lui-même et son Royaume. Puisqu’on trouve ici le mariage céleste, qui, perçue dans les intimes, est par sa nature dans le propre, toutefois, il faut entendre ici le propre vivifié par le Seigneur, qui lui est appelé dans la Parole, Sa fiancée ou même son Épouse.

Le propre de la très ancienne église

C’est pourquoi, le propre qu’accorda le Seigneur au descendant de la très-ancienne église fût un propre vivifié, qui grâce au Seigneur, gardait en lui la perception de tout  bien de l’amour, tout comme tout vrai de la foi. Par conséquent, toutes les félicités de l’intelligence qui découlent de la sagesse. Car ces hommes, bien qu’ils eurent acquis un propre, il fût vivifié et en conséquence, il y eu union et mariage entre l’homme interne et ce propre vivifié. 

Ainsi, l’homme interne pu garder en lui toute sagesse et intelligence qui procède du Seigneur. Cependant, parce que cette descendance désirait vivement, le propre qui appartient seulement à l’homme externe, leur état fût grandement changé, car elle ne pouvait plus percevoir une distinction entre l’homme interne et l’externe.

Elle alla même jusqu’à penser que l’interne et l’externe ne faisait qu’un.  Maintenant, par ceci vous pouvez comprendre ce qui advient de la perception lorsque l’on désir se confirmer dans ce propre.

La chute de la très ancienne église se poursuit

Puis avec le temps, vînt ensuite le moment où les hommes de cette descendance délaissâmes l’homme interne. Car c’est par lui qu’enfanta et fût conçus leurs hommes externes en qui était l’esprit interne, de sorte qu’ainsi il ne fient qu’une seule chair.

Toutefois, ces descendant n’étaient pas pour autant mauvais et se trouvaient encore bons et ce, même si ils avaient désirés vivre dans l’externe. C’est pourquoi le Seigneur leur inspira par sa Miséricorde le céleste-spirituel qui permis à l’homme de connaître que, par exemple, si dans l’action il ne se trouve pas de charité où en d’autres mots, l’amour et la foi, donc le Seigneur qui est le Divin Amour, l’action n’est tout simplement pas une action. Encore moins une œuvre de charité qu’un fruit provenant de la foi. 

Car pour eux, un bien qui n’était pas un bien pour tous et chacun, n’était pas un bien réelle. De même qu’un vrai, n’étant pas vrai pour tous ne pouvait être un vrai réelle. Car telles sont toutes lois qui découlent du principe céleste voulant que le Ciel soit l’homme suprême qui est le Seigneur et qu’il soit en toutes choses qu’il renferment.

Un pour tous et tous pour un

Ainsi toute loi du vrai et du juste dérive de cet ordre de la vie, qui fût très bien décrites par une expression populaire tirée des Trois Mousquetaires qui disait haut et fort : UN pour Tous et Tous pour UN .

Puis’est également de ce type de principes céleste que provient la loi sur les mariages. C’est-à-dire que tout mariage terrestre devrait exister selon ce même principe qui fait en sorte que si un bien n’est qu’un bien pour l’un des deux époux, il ne peut être un bien véritable. Tout comme un vrai, dit par l’époux qui ferait naître un faux dans l’épouse, ne peut être un vrai réel.

De là, on comprend mieux pourquoi le mariage doit se composer d’un seul mari et d’une seule femme, car ainsi ils représentent en soi le mariage céleste et sont également une image de l’homme Céleste. Et ce, même si aujourd’hui ce genre de relation céleste se fait de plus en plus rare.

Cette loi est inscrite dans l’homme

Dites-vous bien que cette loi fût inscrite dans l’homme dès la très-ancienne église car dans ces temps reculés le couple comprenais qu’un homme et une femme et formait ainsi une seule maison et une seule chair. Car c’est dans l’Amour conjugal qu’il goûtait aux félicités célestes et trouvait le Ciel.

Toutefois, plus le temps avança et plus l’église déclina, moins la perception des félicités de la monogamie fût appréciée.Puisqu’elle se transporta vers les plaisir de la pluralité, plaisir qui ne vient que de l’homme externe, puisque dans lui seul se trouve la dureté du cœur. Qui permettait à l’homme ou à la femme d’agir ainsi. 

Le propre externe peut être horrible à voir

Cependant, le Seigneur décida d’insinuer dans leur propre l’innocence, pour qu’ils ne soient pas trop désagréable. Car comme il a été mentionné plus tôt, le propre de l’homme externe n’est que le mal, et lorsqu’on le perçoit véritablement il devient horrible à voir.

Cependant, grâce à la charité, de même qu’à l’innocence que le Seigneur infiltra dans leur propre, il les fît paraitre beaux, de même que gracieux. Car c’est par ces deux facultés que le propre, tout comme le mal et le faux qu’il contient, diminue en puissance jusqu’à presque s’annuler. Vous pouvez voir cette innocence-même dans les yeux des enfants qui s’amusent ou qui démontre leur amour aux parents, car elle y brille de tous ses éclat.

Voilà pourquoi il a été dit que personne ne peut accéder au Ciel sans qu’il ne possède quel qu’innocence. Mais plus on avançait dans le temps, et plus leurs mœurs se dégradaient. C’est alors que ces mêmes hommes, de même que leur descendance, après avoir perdu leur intégrité, vînt à perdre leur innocence.

C’est-ce qu’on verra dans le prochain chapitre puisqu’il sera question du troisième et quatrième état de cette très-ancienne église qui était par ce fait même la postérité de ces premiers Hommes Célestes, qui devînt par le temps, Céleste-spirituel et s’apprêtaient bientôt à devenir que de simples sensuels.

LA RÉGÉNÉRATION DE L’HOMME

…CHAPITRE 3…

La régénération de l'homme

Le sensuel et les 5 sens du propre

Continuant dans le cheminement des hommes de cette très-ancienne église, vînt la troisième génération. Les hommes et femmes qui composaient alors cette église se lièrent de plus en plus à leurs sensuels. (Par sensuels il faut entendre ici les 5 sens connus du propre).

Et par ce fait même se mirent à douter de tout ce qui concernait le Seigneur, au point de ne plus croire en rien à moins d’être en mesure de le voir, ou de le sentir du toucher, afin de confirmer qu’elles sont véritables. Car ces sensuels qu’on peut nommer serpents, sont ce qui se rapproche le plus du corporel, et puisque dans le monde terrestre les serpents sont ceux qui se traînent le plus près de la terre, il en vas de soi qu’ils fût choisis et utilisés par la Parole pour représenter les sensuels-corporel.

Le venin du serpent – les raisonnements du sensuel

De même que l’effet de leur venin, illustre parfaitement ce qu’apportent les raisonnements sur les mystère de la foi provenant de ces sensuels. Car l’homme qui n’est que sensuel et n’applique sa foi qu’à ses sens, nie que l’Esprit existe pour la simple raison qu’il ne le voit pas, le sent pas et pour lui, tant qu’il ne peut prouver l’existence de quelque chose par ses sens, il la croit fausse ou inexistante.

Tout comme certains aujourd’hui, qui se disent érudits en basant leurs conclusion sur des sciences rattachées au sensuel, affirment que l’Esprit n’est qu’un souffle, ou même une chaleur, mais que suite à la mort du corps il ne peut poursuivre sa vie. Voilà une grossière erreur qui ne peut que plonger l’homme encore plus de le faux du mal.

Toutefois je me dois de faire une petite parenthèse ici pour préciser que le serpent n’est pas seulement utilisé de façon négative par la parole, puisqu’il signifie également la Circonspection ou si vous aimez mieux, la Sagesse.

C’est ainsi que le serpent d’airain qui fût élevé dans le désert, représentait le sensuel du Seigneur, car lui seul est la sagesse-même et pourvoit à tout, de sorte que ceux qui le regardaient étaient effectivement sauvés. Mais bon, refermons cette parenthèse et revenons aux hommes de la troisième postérité.  

Les fruits de l’arbre de la sciene

Tout d’abord, les Anciens de la deuxième génération, qui eux formaient le corps Céleste-spirituel, avaient reçus la révélation sur les connaissances du bien et du vrai, grâce à l’arbre de vie, qui était au milieu d’eux dans leur intime et qui les nourrissaient d’abondance de fruits de la foi.

Puis ensuite, vînt leurs descendants et les Anciens finirent par disparaître. C’est alors que les hommes qui composait maintenant cette très-ancienne église, ayant perdu leur intégrité et leur innocence, se mirent à se nourrir des fruits de l’arbre de la science, qui lui, étant au milieu de leur propre, fît qu’ils commencèrent ainsi à s’instruire sur tout ce qui concerne la foi par les sensuels et les scientifiques qui s’y rattachent.

Puis, c’est dans cette logique qu’ils débutèrent à raisonner et penser par eux-mêmes et par le monde. Malheureusement, tout cela malgré l’avertissement que leurs avaient laissés leurs ancêtres, les Anciens Homme-célestes. Car pour ces derniers, tout ce qui appartenait à la foi, se devait de découler de l’Amour, qui lui, fleurissait au milieu de leur intime et qui était le seul capable de les nourrir et par ce fait, les garder dans le bien, tout comme dans le vrai de la foi.

Seul l’amour peut offrir le bien et le vrai véritable

Il savaient et reconnaissaient que seul l’Amour peut offrir le Bien et le Vrai véritable. Mais il en fût tout autre pour les hommes qui les précédèrent, ce qui occasionna que ce n’était plus par le bien qu’ils connaissaient le vrai, ni plus par l’amour les choses qui appartiennent à la foi. Car en eux, cette ordre s’était inversé, de sorte que par le vrai ils disaient connaître le bien, et que par leurs connaissances sur la foi, il savait ce qui appartient à l’Amour et ce, même si au départ il savait que cela était illicite.

Ils en sont néanmoins venus à douter de cette interdiction, car certains cherchaient alors à voir si les Anciens leurs avaient mentis, ou si ils disaient en fait la vérité. Mais par cette triste action, ils perdirent toute perception véritable du bien de l’amour et leurs yeux fût ouverts sur la domination de l’amour de soi.

Puisqu’ils désiraient plus que tout se conduire par eux-mêmes, et ainsi être comme le Seigneur. Mais lorsque l’homme cherche à se diriger par lui-même il se fît qu’à ses sensuels et consulte les scientifiques pour savoir et apprendre ce qu’il doit croire. Et puisque c’est par eux-mêmes que ces hommes croyaient se conduire, il en sont ainsi venu à croire qu’il étaient comme des Dieux. 

La séduction de l’amour du propre

C’est alors que venue la quatrième postérité, qui se laissa séduire par l’amour du propre acquis de leurs parents. Ils commencèrent à aimer et entretenir en eux toutes les cupidités, les fantaisies et les voluptés qui appartiennent au propre. De sorte qu’ils ne croyaient plus aux choses originalement révélés au Très-Anciens, car pour cette génération tout ce qui ne pouvaient être perçu où senti par le sensuel ne pouvait exister.

C’est ainsi qu’il perdirent l’usage du bien de la volonté puisqu’ils la remplaça par l’entendement et elle se pervertie en une volonté d’où proviennaient tout maux et tout faux. Car autant les Très-Anciens avaient le vrai par le bien, tout comme la foi par l’amour et donc l’entendement par la volonté, ceux de cette génération en sont venus croire qu’ils avaient le bien par leur vrai, l’amour par leur foi et ainsi, la volonté par l’entendement de leur propre.

C’est pourquoi, je crois qu’il seraient important ici, de rappeler ce qu’est le propre, car il faut bien comprendre qu’il est celui de qui tout mal et tout faux découlent car il est constamment plongé dans l’amour de soi et du monde. Ils ne croient point au Seigneur puisqu’ils ne croient qu’en eux-mêmes, et tout ce qui ne peut être perçu par les sensuels de même qu’expliquer par leurs sciences, ne peut exister.

Tout ordre fût inversé

Ainsi, tout ordre fût inversé chez eux, de manière à ce que le bien était maintenant considéré comme étant le mal et le mal était considéré bien, de même que tout vrai étaient perçus comme faux et tout faux comme vrai. À tel point que la haine était vu comme de l’amour, l’obscurité comme la lumière et la vie comme la mort.

C’est ce genre d’homme que la Parole nomme aveugle et boiteux, et tel est le propre externe de l’homme (égo), car il est lui-même en soi infernal et damné pour l’éternité. Voilà comment on pouvait voir les hommes qui peuplaient la terre en ces temps post-diluviens. Puisqu’ils perdirent complètement l’innocence et ce, malgré un sentiment intérieur constant qui leur permettait de reconnaître qu’ils étaient dans le mal.

C’est pourquoi dans la Parole, ils sont dits nus, en raison qu’ils se sont abandonnés à leur propre ou si vous préférez à eux-mêmes. Toutefois, ceux qui agissent ainsi, finissent toujours par ne plus rien avoir d’intelligence, de sagesse, ni plus de foi, car ils se dépouillent de tout bien et tout vrai pour ainsi n’être que dans le mal.

Ésaïe le décrit en disant:

« Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux, et à ceux qui sont intelligents devant leurs faces. »

Ésaïe V. 21.—

Puis il rajoute aussi:

« Ta sagesse et ta science, c’est ce qui t’a détournée, et tu as dit dans ton cœur: Moi seule, et point d’autre que moi.  C’est pourquoi il viendra sur toi un mal, dont tu ignores l’origine, et il tombera sur toi une affliction que tu ne pourras détourner, et il viendra sur toi tout-à-coup une vastation que tu ne connais point. »

Ésaïe XLVII. 10, 11.

On peut lire aussi dans Jérémie:

« Tout homme est devenu stupide par la science, tout fondeur est devenu honteux par sa statue ciselée, car son idole de fonte est un mensonge, et il n’est point d’esprit en elle. »


Jérémie LI. 17.—

Ici Jérémie nous parle du propre de l’homme externe, car la statue ciselé représente le faux et l’idole de fonte le mal qui appartient à ce propre. 

Le bien naturel remplaça l’innocence

C’est ce qui explique que lorsque cette quatrième postérité vînt à perdre l’innocence, les hommes et les femmes qui la composaient la remplaca par le bien naturel. Puisque c’est par ce bien naturel-même qu’ils cachaient leur mal. Et c’est ainsi que naquit chez eux une forme de pudeur qui fît périr tout bien spirituel.

Néanmoins, leur déchéance ne s’arrêta pas là, puisque leur état alla en se degradant, jusqu’au point d’en perdre cette même pudeur et ce, en se vantant de leur propre mal, qui lui, fît alors périr tout véritable bien naturel qui par suite, occasionna la perte de pratiquement tout bien existant sur la terre.

Un peu à l’image des hommes d’aujourd’hui, qui n’ont aucune pudeur a faire le mal au point de le justifié sous l’apparence d’une cause juste, bien qu’en réalité cette cause ne soit qu’un tissu de faussetés.

L’amour de soi étouffe l’influence du Seigneur

C’est alors que Le Seigneur, influa par sa miséricorde un sentiment intérieur au sein de l’intime des hommes qui détenaient encore un semblant de perception. Puis, celui-ci leur fît sentir et reconnaître intérieurement qu’ils agissaient mal, mais s’étant cloîtré dans l’amour de soi, ils se détournèrent eux-mêmes de cette prise de conscience en l’étouffant avec leur volonté pervertie par de faux biens naturels, perçu que par les sensuels, qui en vérité, étaient la source d’où découlait tout leur mal.

Tout comme aujourd’hui, peu de gens perçoivent d’où vient ce sentiment interne qu’ils ressentent lorsqu’il agissent mal, de même qu’ils n’ont aucune idée d’où provient leur conscience, sinon de leurs propres raisonnements. Et cela par l’unique raison que l’homme ignore qu’il est dirigé par Dieu par l’entremise des anges et des esprits.

Et que lorsque les mauvais esprits prennent le dessus sur les bons et commencent à dominer l’homme, les anges quant à eux s’efforcent autant que possible de le détourner de tout les faux et maux que ces esprits s’acharnent à lui faire confirmer.

Le combat c’est se détourner du faux

De là, c’est ce qui doit être entendu par le combat, car c’est ce combat qui se fait sentir dans l’intime de l’homme à travers la conscience et qui fait naître ce sentiment intérieur, qui a pour unique but de faire reconnaître à l’homme et ainsi le faire avouer lui-même qu’il n’est pas dans le bien.

Car ce n’est que par ce sentiment interne, que fait naître ce combat, de même que par les tentations, que l’homme peut de façon manifeste reconnaître qu’il y a effectivement des anges et des esprits chez lui.

Cependant, les hommes de cette postérité, étaient à un tel point plongés dans les corporels, qu’ils en vinrent à ne plus croire en rien concernant les anges et les esprits. Et aussi triste que cela puisse paraître, nous sommes forcé de constater, qu’il en est malheureusement ainsi pour la majeure partie de la population mondiale d’aujourd’hui.

La pauvre réalité d’aujourd’hui

C’est pourquoi de tels hommes pourraient éprouver cent fois ce genre de combat qu’ils diraient tout de même que ce sentiment intérieur n’est que le résultat d’un trouble ou d’une maladie mental tel que la dépression pour ne citer qu’un exemple. Puisqu’ils affirment toujours avec ténacité que tout ce qui concerne les anges et les esprits n’est que pure fantaisie, pour ne pas dire folie.

Mais je dois vous dire qu’il m’a été donné d’éprouver à d’innombrables reprises ces combats, et dans ressentir clairement la sensation qui me permis de reconnaître qu’ils étaient causés par des esprits de mauvaises qualités, et que ce sont les anges chez moi qui me permettaient de les percevoir.

Car je ne pourrais dire a quel point la perception des anges est fine, mais dès que quoi que se soit d’opposé au vrai de la foi de même qu’au bien de l’amour s’introduit en l’homme ils le perçoivent à l’instant même et ce, mille fois plus que l’homme qui lui, la plupart du temps, n’en a aucunement conscience.

Car il faut savoir que les plus petites des pensées chez l’homme, même celles qui semblent cachées, sont encore plus perceptibles par les anges que les plus grandes qu’il peut entretenir en lui.

La chute se poursuit inconsciemment

Mais revenons maintenant à ces hommes post-diluviens, qui semblaient poursuivre leur chute inconsciemment, puisque cette postérité de la très ancienne église laissa leur rationnel se faire tromper par l’amour de soi, puis ils tombèrent ainsi sous sa domination et finirent par ne plus croire en rien.

Cependant, ils n’étaient point encore dans l’amour du monde comme on peut le dire des sociétés de nos jours, car à cette époque les gens vivaient divisés en maisons et en familles et n’ambitionnaient point sur les richesses.

Néanmoins, il reste que le plus grand mal qui exista dans cette tres ancienne église, qui fût présente sur terre lors du déluge, de même que dans l’Église ancienne qui vécut après et celles qui suivirent, tels que l’église Judaïque et l’église des gentils, consista, tout comme le mal que subit l’église d’aujourd’hui, à nié Dieu et de ne plus croire au Seigneur, mais en soi-même et en ses sens.

D’une telle manière que la foi se voit ainsi détruite et lorsqu’il n’y a plus de foi, l’amour envers son prochain finit par disparaître, puis en conséquence, tout devient faux et le mal installe alors sa complète domination.

C’est le Seigneur seul qui dirige

Car sachez que par lui-même, l’homme ne peut que faire le mal et se détourner du Seigneur, mais il doit savoir que cela est fait par les mauvais esprits ou plutôt par le mal qu’ils se sont approprié.

Et bien que le mal est fait par l’homme, qu’il se détourne et semble en faute, il n’en reste pas moins qu’il vit que par le Seigneur. Il en vas de même, que l’homme ne peut faire le bien par lui-même ni se tourner vers le Seigneur, car cela est fait par les anges mais il ne peuvent le faire par eux-mêmes, car c’est le Seigneur seul qui dirige.

Maintenant d’après ce qui vient d’être dit on comprend mieux pourquoi ceux qui se fient qu’aux sensuels et les scientifiques qui s’y rattaches plongent dans le doute jusqu’à atteindre les ténèbres d’une profonde négation, là où se trouvent toutes leurs cupidités.

Lorsque les croyances s’abaissent au niveau corporel

Puisque l’homme étant dans le faux ne peut faire que le faux, et ne croyant plus en rien du Ciel, ses croyances s’abaissent au niveau corporel et le pousse à aimer plus que tout ce qui lui appartient, de même que ce qui appartient au monde. Puis, c’est ainsi que du faux, naissent les cupidités et les maux.

Voilà donc la voie dans laquelle cette postérité décida de s’engager et qui la mena vers de sombre ténèbres qui garda les hommes aveugles et inconscients de leur propre chute de même que la dégradation successive de leur état. C’est précisément ce que nous verrons plus loin, à savoir, l’état subséquent de cette église qui se perdit complètement. 

Le céleste vue par le sensuel

Il est vrai que les très-anciens de cette église, qui eux étaient hommes célestes, voyait clairement tout ce qui se présentait à leur yeux dans le monde terrestre, toutefois au même moment, leurs pensées étaient portés sur les Célestes et les Divins que représentait chacune des choses qu’ils apercevaient, puisqu’ils se servaient seulement de la vue comme d’une sorte d’instrument ou d’outil qui obéissait à l’homme interne. 

C’est ce qui explique également la nature de leur langage et le type d’écriture que l’on retrouve dans la Parole. Cependant, il en fût tout autrement pour les postérité qui les suivirent, surtout ceux dont il sera question ici. Car contrairement à leurs Pères ils affectionnaient plus que tout ce qui était superficiel et terrestre, et lorsque leur vue ce posait sur ces ce genre de choses, ils y liaient leur esprit en ne pensant qu’à elles, de sorte que c’est par elles qu’ils réfléchissaient aux choses célestes et divines.

Ce fût donc ainsi que le sensuel devint pour eux plus qu’un simple instrument mais plutôt le principal élément de leur sentiment d’existence, bien qu’en réalité ils ne faisaient que s’aveugler complètement.

Les hommes étaient en réalité aveugler

Pour donner un comparatif à ceci, vous pourriez prendre comme exemple ce qui peut se produire lorsqu’une discussion a lieux et que quiconque ne porte pas attention au SENS des mots de son interlocuteur, en se fixant seulement sur les mots prononcés, en perds souvent le sens ou devrais-je dire l’essence même des paroles et ne peut encore moins comprendre celui qui parle. Et parfois, fini par le juger sur la base d’un seul mot ou d’une seule phrase prise hors contexte ou mal comprise.

Voilà ce qui illustre bien ce qui arriva aux hommes de cette postérité, car bien ancrés dans leur sensuel depuis qu’ils s’étaient détournés du Célestes, ils se tournèrent alors vers les affections du corporel et ce maudirent eux-mêmes.

Puisque par ce retournement, ils ne pouvaient plus regarder vers les Célestes, car leur vison fût limité qu’aux simples corporels et terrestres, qui ne sont en réalité que des choses périssables et superficielles. Et de cette manière ils devinrent infernaux. Car lorsque les sensuels sont préférés à l’homme interne, ils sont séparés de lui, et c’est ainsi que ces hommes devinrent corporel et qu’ils furent damnés. 

Le Seigneur ne juge et ne puni point

Mais sachez que c’est nullement le Seigneur qui offre les tentations, qui juge ou même puni, et il est encore moins celui qui se fâche ou celui par qui l’homme peut être maudit. Ce ne sont que les enfers diaboliques qu’y en sont responsables, puisque rien de pareil ne pourrait provenir de la source de Miséricorde, de paix et de bonté.

Ceux qui ne connaissent point la science des écritures contenues dans la Parole, peuvent effectivement croire que Dieu peut être en colère et punir, de même qu’aller jusqu’à tué et damner les hommes. Mais ceci, croyez-moi, n’est que pure folie et une incompréhension totale de la Parole.

Car si cela fût dit sur le Seigneur, ce n’était que dans le but de faire comprendre qu’Il dirige et ordonne tout. Puisqu’Il peut tourner en bien le mal de la peine et le mal des tentations. Toutefois, les enfers sataniques et diaboliques attaché au sensuel, qui sont l’amour de soi et l’amour du monde, sont entièrement responsable du détournement de l’homme et le pousse à confirmer en lui des faux abominables, tels que l’image d’un Dieu vengeur, Sanguinaire et impitoyable.

Devenir l’image du serpent

Tout cela par le simple fait qu’il ne peut voir plus loin que le sens de la lettre et ignore tout du spirituel et du céleste. Puisqu’ils ne pense à eux que par les scientifiques du sensuel et deviennent ainsi à l’image du serpent. En ce sens qu’il représente le sensuel et ses scientifiques, d’où découle tout mal en général, de même que l’amour de soi en particulier.

C’est pourquoi, lorsqu’on le prend dans ce contexte il signifie le mal lui-même, quel qu’il soit, dont l’amour de soi et la haine envers le Seigneur et son prochain, qui est elle même l’amour de soi. Et ce mal d’où provient cette haine maléfique peut prendre divers formes, de même que se diviser en plusieurs genres et en grand nombre d’espèces.

C’est en fait ce qui explique que l’on retrouve plusieurs types de serpents dans la Parole tels que: des couleuvres, des aspics, des hemorrés, des basilics, des dispades, des vipères, des serpent volants, de même que des serpent ardents et des rampant. Car leur venin représente cette haine.

On peut en voir un exemple dans Ésaïe;

« Toi, toute la Philistée, ne te réjouis pas de ce que la verge qui te frappait a été brisée, car de la racine du serpent sortira un basilic, et son fruit sera un Serpent volant. »

Ésaïe XIV. 29 —

Ici la par la racine du serpent il faut entendre le sensuel et ses scientifiques, le basilic quant à lui représente le mal du faux qui en provient et le serpent volant, les cupidités qui proviennent de l’amour de soi.  

L’importance de la science des correspondances

Voilà pourquoi j’estime d’une grande importance la connaissance de cette très anciennes science qu’on nomme correspondance, car elle seule nous permet de bien saisir ce que la Parole nous révèle.

Tout comme lorsqu’on entend le mot église, il faut bien comprendre que par l’Église, on parle du corps dans lequel le mariage céleste peut avoir lieux et ce, lorsque l’homme interne qui est le Ciel s’uni au Seigneur par la femme qui est le propre. De sorte qu’ils se trouvent à ne faire qu’un dans le propre qu’on dit alors vivifié.

Ainsi le Ciel et l’église s’unissent Car sans ce propre il ne pourrait y avoir d’union. Puisque bien que le Seigneur insinue dans ce propre l’innocence, la paix et le bien, il n’en reste pas moins qu’il apparaît tout de même comme un propre, mais il est désormais céleste et très heureux.

Et c’est conformément à ce propre céleste que la Parole nomme l’église dans laquelle le mariage a lieux, Femme, Fiancé, Épouse, Vierge de même que Fille.

Le Seigneur préserve le céleste de l’homme sensuel

Maintenant que vous comprenez ceci, poursuivons avec la très ancienne église, car bien qu’elle s’était laissée séduire par le mal de l’amour de soi, le serpent qui le représentait ne pouvait s’attaquer qu’aux naturels externes de l’homme, mais ne pouvait aucunement, à moins d’être une vipère, nuire aux Naturels interieurs. Encore moins aux spirituels et nullement aux célestes, qui eux, lui était intouchable. Car le Seigneur les préserve et les cache à l’homme.

Ceci dit, il sera montré comment ce serpent, par le sensuel et l’amour de soi, détruisit les externes de ces antédiluviens, de même que la façon qu’il s’y prit chez les Juifs, et qu’il s’y prend présentement avec les sociétés d’aujourd’hui par les sensuel, les traditions, les frivolités, l’amour de soi et l’amour du monde.

Puis, par la Miséricorde du Seigneur, je tenterai d’expliquer comment aujourd’hui il les a détruit et continu de les détruire par les sensuels, les scientifiques et les philosophiques en les affectant de ces deux mêmes amours satanique et diabolique. 

Une autre définition de la Femme dans la Parole

Il faut également savoir que, par la suite, cette postérité de la très ancienne église, qui s’était détourné du Seigneur et donc, pervertie puis maudit elle-même par les sensuels, fût également appelée Femme par la Parole. En raison que cette église avait choisi d’aimer que ce qui appartenait au propre.

Et comme nous avons vu précédemment que la Femme, de même que la fiancé et l’épouse, représentait l’église dans laquelle la mariage céleste s’accomplissait, pour faire en sorte que l’homme interne s’unisse au propre « vivifié », pour ne faire qu’un avec le Seigneur. Nous devrons cette fois comprendre que la femme ou plutôt cette église, s’étant séparé de Dieu en s’identifiant qu’au propre, perdu la connaissance du Ciel et donc de l’homme interne qui se devait d’être son mari.

Puis, elle le remplaça par son propre rationnel à qui elle se devait d’obéir. Toutefois, celui-ci provenait que du propre « non vivifié », d’où découle tout mal et tout faux, et c’est ce qui fît naître l’anxiété. Puisque lorsque le sensuel se détourne de l’homme interne et du seigneur, il se maudit. En raison que les mauvais esprits, par ce détournement, prennent de plus en plus de force et d’influence qu’ils finissent par faire fléchir les anges affectés à chaque hommes et femmes.

L’enfantement des fausses pensées

Ce qui résulte en la production, ou si vous aimez mieux, en l’enfantement de fausses pensées par leur propre rationnel qu’ils confirment en eux, car elles leurs paraissent vraies. Il en vas pareillement de leurs œuvres du cœur, qu’ils croient bonnes mais en réalité ne proviennent que du mal.

Voilà ce qui est représenté par les douleurs de la femme qui enfante, car l’homme ou la femmes qui se confirme dans ce propre par le sensuel et ses scientifiques ne produit que des faux et des maux jusqu’à devenir stérile.

Car les Fils illustrent les vrais de la foi qui sont le produit des enfantements du mariage céleste. Et bien que cela puisse vous paraître incroyable, il n’en reste pas moins vrai. Le Seigneur les nommes ainsi dans Matthieu en disant:

« Celui qui sème la bonne semence est le fils de l’homme; le champs c’est le monde, mais la semence se sont les fils du Royaume. »

Matt XII. 37.38.—

La semence c’est la foi

Puisque la semence c’est la foi il devient évident que les fils de la semence sont les Biens et les Vrais de la foi. Tout comme le Seigneur est la semence-même puisqu’il s’est nommé fils de l’homme, ce qui veux dire la foi et la sagesse de l’église.

Mais à l’inverse, les fils qu’enfante la femme dans la douleur et ce, par son propre rationnel, qui lui n’est qu’une simple imitation de l’intelligence, ne sont que les faux et les maux de la foi perverti. Puisque le propre est lui-même le mal et le faux.  C’est donc par lui que la foi et l’intelligence fût pervertie dans cette église.

Voyez-vous comment dans la parole, chaque élément a son sens opposé, dépendamment de l’usage qu’elle en fait et c’est ainsi pour tout, car chaque mot utilisé dans la Parole a son importance qui ne peut être négligé car c’est uniquement par eux qu’on peut percevoir et enfin lever le voile tenu par les chérubins et connaître les Spirituels et les Célestes que le Seigneur nous révèle par sa Parole. 

Lorsque l’homme écoute seulement son égo

C’est ainsi qu’on voit que les hommes de cette très ancienne Église, parce qu’ils avait consenti par leur rationnel d’écouter leur « épouse », qui était en réalité leur propre « égo », ils se détournèrent du Seigneur et maudirent leur homme externe tout entier, ce qui les mis dans un état misérable et ce, jusqu’à la fin de l’église, ou en d’autres mots jusqu’à sa mort.

Il sera pratique aussi de savoir que dans la Parole,  par l’humus, il est désigné l’homme externe. Car lorsque l’homme devient régénéré il n’est plus nommé terre, mais humus. Puisque c’est dans la mémoire et les affections de l’homme externe que le Seigneur a implanté les semences célestes et non dans l’interne, comme certains seraient tentés de le croire. Pour la simple raison que l’interne ne possède aucun propre de l’homme.

Toutefois, les Biens et les Vrais quant à eux sont dans l’interne. Le rationnel pour sa part, appartient aussi à l’externe, mais en soi il forme une sorte de lien ou de medium entre l’interne et l’externe. Car c’est par lui qu’opère l’interne dans l’externe.

L’externe finit par se séparer de l’Interne

Cependant, lorsque l’homme se détourne du Seigneur par les sensuels et que son rationnel acquiesce et le confirme, il sépare donc l’externe de l’interne. Puis l’homme en vient à ne plus être conscient que l’interne existe, ni même savoir quelle est la sagesse et l’intelligence de cet interne.

De là, on voit que le Seigneur n’a jamais maudit l’homme externe, mais bien que c’est Lui-même qui s’est détourné et donc séparé de l’homme interne. De sorte que les mauvais esprits prirent en force jusqu’à dominer entièrement l’homme externe, et les anges quant à eux qui sont dans l’interne deviennent fur et à mesure impuissant. Car il leur reste à peine de force pour le défendre, ainsi naît la misère de la vie et l’anxiété.

Toutefois, les hommes non régénérés, qui eux sont comme mort, ne semblent pas, ou rarement ressentir cette misère ou cette anxiété. Cela s’explique du fait qu’ils ne sont plus hommes, car bien qu’ils croient le contraire, ils ne possèdent plus aucun savoir du spirituel, du céleste et de la vie éternelle.

Lorsque l’homme devient une brute

Tout comme des brutes, leur vision ne se porte plus que vers le bas, vers les choses terrestres et corporelles, de même qu’à l’extérieur vers les choses mondaines et superficielles.

Tant que ces choses nourrissent et favorisent leur propre, de même que leurs vices et leurs sens, car leur rationnel les acceptes en leur donnant son accord. Vous devez savoir que les hommes rendus dans cet état ne pourraient être en mesure de subir les combats et les tentations, c’est pourquoi ont dit qu’ils sont morts.

Puisqu’une seule tentations serait trop forte pour eux pour qu’ils puissent espérer vivre, car ils se maudirait encore plus eux-mêmes et tomberaient dans une damnation des plus infernale. Vous comprendrez maintenant pourquoi le Seigneur les épargne jusqu’au moment où ils trépassent dans l’autre monde. En raison que là, aucune misère ni même tentation ne peut les faire périr, alors ils en seront saisi et en éprouvent ainsi de très intense.

Lorsque l’église arrive à son dernier stade

Néanmoins, lorsqu’une église arrive à ce stade de dégradation elle ne peut poursuivre, car les hommes qui la composent vivent maintenant comme des bêtes, car ils ont une semblable nature, tout comme de semblables cupidités, appétits, fantaisies et sensations.

Même leurs organes sont semblables, mise appart qu’ils peuvent raisonner. Cependant, cette force spirituelle qui leur permettait de le faire est maintenant pervertie, ce qui leur apporte la vie du mal qui est la mort et de là, ils sont donc perçu comme homme mort.

Tel fût la quatrième et la cinquième postérité de la très-Ancienne église, qui s’apprêtait alors à mettre au monde la sixième et dernière postérité qui allait vivre la malédiction de leurs pères de même que la vastation puisqu’ils allaient devoir vivre le Déluge. C’est-ce que nous verrons prochainement lors de la publication qui suivra…

Laissez moi vos commentaires

J’espère que vous avez apprécié cet enseignement, je tenterai de vous offrir la suite sous peu. donnez moi quelques temps afin d’en compléter l’écriture. Entre temps je vous conseille de méditer sur ce présent texte car il peut facilement s’appliquer à la déchéance de la société d’aujourd’hui, mais également au matin spirituel qui commence à faire rayonner ses premiers rayons de soleil! Sur ce, je vous aimes et je vous reviens bientôt avec la suite.

Découvrez L’Homme Derrière Cet Enseignement

Retrouvez les oeuvres d’Emmanuel Swedenborg en cliquant ici!

Merci à Jacques-François-Étienne (1794-1864), qui fût le traducteur des oeuvres d’E.Swedenborg. Sans qui, la science des correspondances serait encore ignoré par nous tous!