Apocalypse Expliquée: Chapitre 18 Versets 16-17-18 (#785 à #787)

Apocalypse Expliquée: Chapitre 18 Versets 16-17-18 (#785 à #787)

novembre 17, 2018 0 By M-A.C
Partagez !
Divulgation
L’article ci-dessous:  La Fumée De Son Embrasement, peut contenir des liens d’affiliation. Si vous achetez quelque chose par l’un de ces liens, vous ne paierez pas un centime de plus. Mais nous obtiendrons une petite commission, ce qui nous aide à garder les lumières allumées. Merci ! En savoir plus…..

LA FUMÉE DE SON EMBRASEMENT
-CHAPITRE 18-
VERSET 16-17-18

Tout d’abord, sachez que cette partie vous révélera le sens spirituel derrière la fumée de l’embrasement de Babylone, que l’on retrouve au 18ème chapitre de l’Apocalypse. Cependant, si vous n’avez pas pris connaissance des chapitres précédents, de même que des règles de base de la science des correspondances, révélées par E. Swedenborg. Je vous suggère fortement de le faire dès maintenant. Ainsi, vous aurez une bien meilleure compréhension de l’enseignement qui vous est révélé dans cet article.

Pour y accéder, cliquez sur le bouton ci-dessous.

 

Petit Rappel Du Format De l’Enseignement:

  1. Premièrement, (en rouge) vous trouverez le verset au Sens Littéral (tel qu’écrit dans le livre saint)
  2. Ensuite, je vous enseignerai la façon d’interpreter le texte en appliquant la science des correspondances
  3. Le tout sera suivi de ce même verset, (en bleu) mais cette fois dans son Sens Spirituel Divin

Alors sur ce, bonne lecture !

La Fumée De Son Embrasement
(Sens Littéral)

CHAPITRE 18, VERSET 16
XVI- Et disant : Malheur ! malheur! cette grande ville, revêtue de fin lin, et de pourpre et d’écarlate, et couverte d’or, et de pierres précieuses et de perles ! comment tant de richesses ont-elles été détruites en une heure?

Explications Détaillées: Chapitre 18 Verset 16

785- Le sens spirituel de ce verset résulte des explications qui ont été données dans les numéros #725, #726, #727 et également au numéro #769.

La Fumée De Son Embrasement
(Sens spirituel divin)

CHAPITRE 18, VERSET 16
XVI- Et diront : Hélas ! hélas ! ce Catholicisme-Romain, entouré à l’extérieur du bien et du vrai célestes, et du bien et du vrai spirituels, et des connaissances qui en dérivent ! comment une si grande magnificence, source de tous nos gains, a-t-elle pu être si subitement et si complètement détruite ?

La Fumée De Son Embrasement
(Sens Littéral)

CHAPITRE 18, VERSET 17
XVII- Et tous les pilotes, et tous ceux qui sont sur des navires, et les matelots, et tous ceux qui trafiquent sur mer, se tinrent loin.

Explications Détaillées: Chapitre 18 Verset 17

786- Du verset 9 au verset 16 il a été question du clergé qui, en s’attribuant le pouvoir divin, s’était emparé des richesses du monde. Maintenant, il s’agit des laïques qui reconnaissent de coeur et chérissent cette religion.

Par tous les pilotes, il faut entendre ceux qui sont du rang le plus élevé, tels que les sénateurs, les rois, les princes ; les présidents, les ministres et en gros, les dirigeants. Par tous ceux qui sont sur des navires, on indique tous ceux qui exercent des fonctions élevées ou inférieures. Ensuite, par les matelots, on parle du le peuple. Puis enfin, par tous ceux qui trafiquent sur mer, tous ceux en général, qui sont dévoués à cette religion, qui la reconnaissent de coeur et la chérissent.

Les navires signifient les marchandises spirituelles, qui sont les connaissances du bien et du vrai, (voir #406) ici ce sont des marchandises naturelles en échange desquelles ceux dont il s’agit croyaient recevoir des marchandises spirituelles. De plus, il est question ici de la mer, parce qu’elle signifie l’externe de l’Église, (voir #566), et que le Catholicisme-Romain est purement externe.

Note:

Cependant, ce verset ne s’applique qu’à ceux de cette religion qui la reconnaissent de coeur et la chérissent. Ceux qui la professent sans avoir connaissance de ses impostures et de ses pièges,et qui font le bien avec sincérité et portent leurs regards vers le Seigneur, ceux-là, après leur mort, sont instruits dans le Monde des Esprits. Ils reçoivent les vérités, rejettent l’adoration du Papede même que l’invocation des Saints et reconnaissent le Seigneur pour seul Dieu du Ciel et de la terre.

La Fumée De Son Embrasement
(Sens spirituel divin)

CHAPITRE 18, VERSET 17
XVII- Et tous les laïques, tant ceux du rang le plus élevé que les fonctionnaires d’un ordre inférieur et le peuple, qui sont dévoués à cette religion, qui la reconnaissent de coeur et la chérissent, furent momentanément replacés dans leurs externes.

La Fumée De Son Embrasement
(Sens Littéral)

CHAPITRE 18, VERSET 18
XVIII- Et voyant la fumée de son embrasement, ils s’écrièrent, disant : Quelle ville fut semblable à cette grande ville !

Explications Détaillées: Chapitre 18 Verset 18

787- La fumée de son embrasement, c’est sa condamnation, (voir #767). L’exclamation des laïques à la vue de cette condamnation vient de ce qu’ils ont cru leur religion supérieure à toute autre. On sait que le clergé, pour maintenir cette croyance, ne cesse de proclamer que le Catholicisme-Romain est l’Église-Mère.

La Fumée De Son Embrasement
(Sens spirituel divin)

CHAPITRE 18, VERSET 18
XVIII- Et en voyant sa condamnation, ils gémirent, disant : Quelle doctrine cependant fut jamais comparable à celle du Catholicisme-Romain.

Pour en savoir plus sur L’Apocalypse Expliquée, cliquez sur le bouton plus bas.

Laissez moi vos commentaires et impressions

Bien évidemment, je vous invite à tout moment à me faire part de vos commentaires et impressions. Pour autant que ceux-ci restent dans le respect et la politesse. Alors, maintenant que vous comprenez ce que représente Babylone et le sens spirituel derrière la fumée de son embrasement. Je vous suggère de poursuivre votre apprentissage avec les prochains versets. Donc, si vous êtes prêt à continuer, appuyez simplement sur le bouton ci-dessous.

Découvrez L’Homme Derrière Cet Enseignement

Retrouvez les oeuvres d’Emmanuel Swedenborg en cliquant ici!
ou
Retrouvez les oeuvres d’Emanuel Swedenborg en activant le Flash player

Pour en apprendre plus sur Babylone et la fumée de son embrasement!
Cliquez sur le bouton ci-dessous.

Merci à Jacques-François-Étienne (1794-1864), qui fût le traducteur des oeuvres  d’E.Swedenborg.
Sans qui, la science des correspondances serait encore ignoré par nous tous!