Apocalypse Expliquée: Chapitre 17 Verset 1-2-3 (#717 à #724)

Apocalypse Expliquée: Chapitre 17 Verset 1-2-3 (#717 à #724)

novembre 12, 2018 0 By M-A.C
Partagez !
Divulgation
L’article ci-dessous:  Le Jugement De La Grande Prostituée, peut contenir des liens d’affiliation. Si vous achetez quelque chose par l’un de ces liens, vous ne paierez pas un centime de plus. Mais nous obtiendrons une petite commission, ce qui nous aide à garder les lumières allumées. Merci ! En savoir plus…..

JUGEMENT DE LA GRANDE PROSTITUÉE
-CHAPITRE 17-
VERSET 1-2-3

Tout d’abord, sachez que cette partie vous révélera le sens spirituel derrière le jugement de la grande prostituée, que l’on retrouve au 17ème chapitre de l’Apocalypse. Cependant, si vous n’avez pas pris connaissance des chapitres précédents, de même que des règles de base de la science des correspondances, révélées par E. Swedenborg. Je vous suggère fortement de le faire dès maintenant. Ainsi, vous aurez une bien meilleure compréhension de l’enseignement qui vous est révélé dans cet article.

Pour y accéder, cliquez sur le bouton ci-dessous.

 

Petit Rappel Du Format De l’Enseignement:

  1. Premièrement, (en rouge) vous trouverez le verset au Sens Littéral (tel qu’écrit dans le livre saint)
  2. Ensuite, je vous enseignerai la façon d’interpreter le texte en appliquant la science des correspondances
  3. Le tout sera suivi de ce même verset, (en bleu) mais cette fois dans son Sens Spirituel Divin

Alors sur ce, bonne lecture !

Jugement De La Grande Prostituée
Chapitre XVII, Sommaire

Alors, maintenant que nous avons pris connaissance de l’état de l’Église chez les Réformés, qui a été décrit dans les chapitres précédents, il va désormais être question, dans celui-ci et dans le suivant, de l’état du Catholicisme-Romain dans sa dernière période.

Résumé du chapitre:

Le commencement de ce Chapitre nous montre le Catholicisme-Romain falsifiant la Parole, et par conséquent pervertissant toutes les vérités de l’Église au Verset 1 à 7.

Il sera ensuite parlé de la réception et de l’intelligence de la Parole chez ceux qui sont entièrement soumis à la domination romaine au Verset 8 à 11.

Ensuite, chez ceux qui, sans s’être séparés du Catholicisme-Romain, ne sont pas autant sous le joug du Pape, tels que sont, ceux de la noble Nation française d’autrefois. au Verset 12 à 14

Puis, chez tous ceux qui, quoique sous la domination papale, offrent des différences dans quelques dogmes et dans certaines pratiques au Verset 15

Enfin, chez les Protestants qui ont brisé entièrement le joug du Pape au Verset 16, 17.

Et la fin du Chapitre nous présente le Catholicisme-Romain exerçant néanmoins sa domination sur toute l’Église par les doctrines pernicieuses que les autres Chrétiens ont puisées chez lui. Verset 18

Quesque la Babylonie?

Comme il s’agit de la Babylonie, dans ce chapitre et dans le suivant, je dirai avant d’en donner l’explication, ce qu’on doit entendre en général et en particulier par la Babylonie. De même que ce qu’elle a été dans son commencement et ce qu’elle est par la suite graduellement devenue.

717- Par la Babylonie ou par Babel, on entend ceux qui, au moyen des choses saintes de l’Église, aspirent à étendre leur pouvoir sur toute la terre. Et cela, par la domination sur les âmes des hommes, en s’attribuant la puissance de sauver tous ceux qu’ils veulent, et qui enfin, cherchent et s’approprient même la domination sur le ciel et sur l’enfer.

Pour atteindre ce but , ils détournent toute la puissance du Seigneur et se l’attribuent, comme si elle leur avait été donnée par Lui-même. Chez de tels hommes, l’Église n’est pas dans le commencement, ce qu’elle devient par la suite du temps. Puisque ces hommes dans le commencement, sont comme dans un zèle pour le Seigneur, pour la Parole, pour l’amour et la foi, et surtout pour le salut des âmes. Mais dans ce zèle est caché un feu de domination. Feu qui, par le progrès du temps, éclate selon que le pouvoir s’accroît. Puis, fur et à mesure qu’il prend de l’activité, les choses saintes de l’Église deviennent des moyens et la domination devient elle-même la fin.

Quand la domination devient ainsi le but, les choses saintes de l’Église sont employées par eux pour atteindre ce but. De sorte que, non-seulement ils s’arrogent le pouvoir sur les âmes, mais ils s’approprient même toute la Divine puissance du Seigneur. Et quand ils agissent ainsi, ils pervertissent tout le bien et tout le vrai de l’Église, par conséquent, ils profanent la sainteté de l’Église.

Voilà en quoi consiste la Babylonie.

II a été prouvé par l’histoire qu’il en était ainsi. Car nous avons souvent vues des êtres semblables qui ambitionnaient un pareil pouvoir. Comme ils savaient que toute puissance appartient au Seigneur Seul, ils se couvraient d’une apparence de zèle pour lui-même, pour le Ciel et pour l’Église. Il se donnaient même beaucoup de peine pour rendre un culte au Seigneur Seul et pour observer religieusement les préceptes de la Parole. Ils prenaient même des dispositions pour faire régner en toutes choses la pureté et la droiture.

Cependant, nous pouvons reconnaître que dans ce zèle se cachait un ardent désir de dominer sur tous les autres. Car ils étaient dans la persuasion que toutes les dispositions qu’ils avaient prises seraient acceptées par le Seigneur. Mais aussitôt qu’ils se furent emparés de la domination, on vit leur but se révéler par degré.

Ils ne voulaient pas que ce soit le Seigneur qui commande, ils voulaient commander eux-mêmes. Par conséquent, ils voulaient non pas servir le Seigneur, mais que le Seigneur les servent. Ils s’indignaient quand il ne leur était pas permis de tout disposer à leur gré, comme des dieux.

En outre, on peut facilement s’apercevoir qu’ils avaient peu d’estime pour le Seigneur et même qu’ils le méprisaient s’il ne leur donnait pas le pouvoir de faire tout à leur caprice, et s’il ne consentait pas à toutes leurs fantaisies.

On s’aperçoit encore qu’ils auraient voulu, sous quelque prétexte, transférer en eux la Divine puissance, mais ils n’osaient, car ils craignaient d’être par-là, précipités dans l’enfer. C’est ainsi qu’on nous montra dans la Parole comment la Babylonie commence, et comment elle se termine.

Leur but: la domination

De là, on peut conclure que lorsque chez eux, la domination devient la fin et que les choses saintes de l’Église deviennent des moyens, le culte de Dieu se change sous différents prétextes en culte des hommes. De sorte que dans les faits, ils se font dieux eux-mêmes, et le Seigneur n’est Dieu que pour la forme. Cependant, comme la domination par les choses saintes de l’Église sur les âmes des hommes, sur le Ciel et sur le Seigneur lui-même est une profanation intérieure, il s’en suit qu’elle est infernale.

En effet, les diables qui sont dans l’enfer n’ont pas de désir plus grand que celui de dominer sur le Ciel et sur le Seigneur lui-même. Ils emploient différents moyens pour obtenir cette domination, mais pendant qu’ils font des efforts pour y parvenir, ils sont engloutis par l’enfer. Puisque dans le monde, ceux qui dépossèdent le Seigneur de son trône pour se placer eux- mêmes dessus, sont intérieurement semblables aux diables. C’est pourquoi il est évident que l’Église, par la suite des temps, soit dévastée par eux quant à tous ses biens et quant à toutes ses vérités. C’est ainsi qu’elle arrive à sa fin.

Leur ressemblance au diable résulte aussi de leur manière d’être dans le monde spirituel. En effet, ceux qui ont exercé dans le monde la Divine puissance du Seigneur, parlent après leur mort avec sainteté du Seigneur. Ils lui rendent un culte avec la plus grande dévotion extérieure. Mais lorsque leurs intérieurs sont examinés, car dans monde spirituelle ils peuvent être dévoilés et inspectés, on peut voir que ces intérieurs sont profanes et remplis de ruses diaboliques. Il devient par-là manifeste que la sainteté de leurs extérieurs leur servait de moyens pour arriver à leur fin, qui était la domination.

La Babylonie actuelle

Telle est aujourd’hui la Babylonie, on le voit bien clairement . Car sous le prétexte des clés données à Pierre, les chefs du Catholicisme-Romain ont transféré en eux toute la divine puissance du Seigneur. Ils ont privé le peuple de la vérité divine en lui enlevant la Parole. Ils ont accordé aux édits du Pape une sainteté égale à la Sainteté de la Parole et même plus grande. De plus, ils s’occupent peu d’enseigner la crainte et le culte de Dieu. Mais ils enseignent la crainte et le culte d’eux-mêmes et ce, dans leur propre intérêt avec le culte des »Saints ».

Il résulte de là, que dans sa fin, la Babylonie est une Église dépourvue et privée de tout bien de l’amour pour Dieu, de tout bien de l’amour envers le prochain, et par conséquent, de tout vrai. Ainsi, ce n’est plus une Église, c’est une pure idolâtrie. C’est à peu de chose près, le Gentilisme des anciens qui adoraient Baal, Astaroth, Béelzebub et plusieurs autres divinités, bien qu’ils eussent des temples, des fêtes déterminées, des autels, des sacrifices, des parfums, des libations, etc., comme dans l’Église Juive.

Ces détails sur la Babylonie dans son commencement, et sur ce qu’elle devient dans sa fin, vous sont rapportés ici dans le livre de la révélation (Apocalypse), pour que vous sachiez d’où vient que dans la Parole, tantôt Babel est élevée jusqu’au ciel, et tantôt précipitée jusque dans l’enfer. Ainsi qu’on peut le voir dans les descriptions et les représentations qu’en font les Prophètes et surtout Daniel.

Jugement De La Grande Prostituée
(Sens Littéral)

CHAPITRE 17, VERSET 1
I. Et l’un des sept Anges qui avaient les sept coupes vint et me parla, me disant : « Viens, et je te montrerai le jugement de la grande Prostituée qui est assise sur la multitude des eaux

Explications Détaillées: Chapitre 17 Verset 1

718- L’un des sept Anges qui avaient les sept coupes représente le Seigneur prêt à répandre de nouveau l’influx du bien et du vrai, pour mettre à découvert les maux et les faussetés, (voir #672). Le Seigneur parle de l’intime du Ciel pour révéler à Jean l’état du Catholicisme-Romain.

719- Montrer, c’est révéler ; la grande prostituée, c’est la femme qui est assise sur la bête de couleur d’écarlate, (nous en parlerons plus tard), c’est la grande Babylone. Cette prostituée représente donc le Catholicisme-Romain.

Son jugement, c’est l’état où il se trouve quand il arrive à sa fin. La multitude des eaux signifie les vérités divines, (voir #614) ; et ici leur profanation, parce que la prostituée est assise dessus.

Note:

En effet, les chefs du Catholicisme-Romain se sont servi du divin vrai de la Parole pour obtenir la domination sur l’Église et sur le Ciel. Et ce, dans le but de s’attribuer le divin pouvoir du Seigneur. C’est en cela que consiste la profanation.

Il est certain qu’ils ont confirmé leurs dogmes par la Parole. Mais qu’on lise ces dogmes, qu’on les médite, et l’on verra que tout ce qu’ils ont tiré de la Parole a été appliqué par eux, pour parvenir à la domination sur les âmes des hommes, et pour s’acquérir la puissance, l’autorité et la majesté divine.

Jugement De La Grande Prostituée
(Sens spirituel divin)

CHAPITRE 17, VERSET 1
I- Et le Seigneur, qui était prêt à répandre l’influx du bien et du vrai, vint et me parla, me disant :« Viens, je te révélerai l’état final du Catholicisme-Romain qui s’appuie sur le divin vrai de la Parole qu’il a profané,

Jugement De La Grande Prostituée
(Sens Littéral)

CHAPITRE 17, VERSET 2
II- Avec laquelle les Rois de la terre se sont prostitués et qui a enivré du vin de sa prostitution les habitants de la terre. »

Explications Détaillées: Chapitre 17 Verset 2

720- Les rois de la terre, ce sont les vérités de l’Église, (voir #704) ; ici, ces vérités ont été adultérées, parce qu’il est dit que les rois de la terre se sont prostitués.

721- Enivrer du vin de la prostitution, signifie qu’au moyen de l’adultération des vérités, ils jetent dans la superstition et dans de folles croyances ceux qui les professent. Car le vin de la prostitution, c’est l’adultération de la Parole, (voir #632). Puis, enivrer c’est jeter dans la folie à l’égard des choses spirituelles. Les habitants de la terre sont ceux qui vivent dans l’Église, (voir #507) ; et ici, ceux qui vivent dans le Catholicisme-Romain.

Note:

Le Catholicisme-Romain ne constitue pas une Église, c’est seulement une religion. Ceux qui la professent ne s’adressent pas au Seigneur, ne lisent pas la Parole et invoquent les morts. Or, l’Église est Église que par le Seigneur et par la Parole ; et elle est d’autant plus parfaite, plus elle a de connaissance du Seigneur et plus d’intelligence de la Parole.

Jugement De La Grande Prostituée
(Sens spirituel divin)

CHAPITRE 17, VERSET 2
II- Chez lequel les vérités de l’Église ont été adultérées, et qui, par cette adultération, a jeté dans la superstition et dans de folles croyances ceux qui le professent. »

Jugement De La Grande Prostituée
(Sens Littéral)

CHAPITRE 17, VERSET 3
III- Et il me transporta en esprit dans le désert ; et je vis une Femme assise sur une Bête de couleur d’écarlate, pleine de noms de blasphème et qui avait sept têtes et dix cornes.

Explications Détaillées: Chapitre 17 Verset 3

722- Être transporté en esprit, c’est être mis dans un état spirituel convenable à la circonstance. Puis, dans le désert, c’est là où l’Église est dévastée, (voir #546). C’est-à-dire là où il ne reste absolument rien de ce qui la constitue.

723- La femme signifie l’affection du vrai, (voir #434) ; et, dans un sens opposé, l’affection du faux. Ici, elle désigne le Catholicisme-Romain, qui est dans l’affection du faux. D’ailleurs, cette femme portait écrit sur son front; La grande Babylone, (on le verra plus loin). Et Babylone désigne le Catholicisme-Romain, (voir #631).

La Bête signifie la Parole ; et la couleur d’écarlate, son divin vrai céleste. Il peut paraître étrange et même choquant que la Parole soit représentée par une bête. Mais allez voir à ce sujet ce qui a été dit au #239.

La bête pleine de noms de blasphème, c’est la Parole entièrement profanée. Car blasphémer c’est nier la Divine-Humanité du Seigneur et adultérer la Parole (voir #571). Ainsi, c’est profaner, (voir #719 ci-dessus)La femme fut vue assise sur la bête de couleur d’écarlate, parce que le Catholicisme-Romain fonde sa force et sa dignité sur la Parole qu’il a profanée.

724- La tête signifie la sagesse, et, par opposition, la folie, (voir #538). C’est-à-dire la perte de l’intelligence. Sept signifie tout. Les dix cornes désignent une grande puissance, (voir #539). Vous allez voir l’explication que l’Ange donne des sept têtes, au Verset 9 et 10.

Jugement De La Grande Prostituée
(Sens spirituel divin)

CHAPITRE 17, VERSET 3
III- Et il me mit dans un état spirituel convenable pour voir une religion, où il ne reste rien de ce qui constitue l’Église ; et je vis le Catholicisme-Romain, qui appuyé sur la Parole, entièrement profanée, dont il avait perdu totalement l’intelligence, et de laquelle la puissance était grande.

Pour en savoir plus sur Le Jugement De La Grande Prostituée
Cliquez sur le bouton plus bas.

Laissez moi vos commentaires et impressions

Bien évidemment, je vous invite à tout moment à me faire part de vos commentaires et impressions. Pour autant que ceux-ci restent dans le respect et la politesse. Alors, maintenant que vous comprenez le sens spirituel derrière le jugement de la grande prostituée, je vous suggère de poursuivre votre apprentissage avec les prochains versets. Donc, si vous êtes prêt à continuer, appuyez simplement sur le bouton ci-dessous.

Découvrez L’Homme Derrière Cet Enseignement

Retrouvez les oeuvres d’Emmanuel Swedenborg en cliquant ici!
ou
Retrouvez les oeuvres d’Emanuel Swedenborg en activant le Flash player

Pour poursuivre votre apprentissage concernant le jugement de la grande prostituée
Cliquez sur le bouton ci-dessous.

Merci à Jacques-François-Étienne (1794-1864), qui fût le traducteur des oeuvres  d’E.Swedenborg.
Sans qui, la science des correspondances serait encore ignoré par nous tous!